Grandes surfaces : les enseignes font le pari des gammes bio

le , mis à jour le
0
Grandes surfaces : les enseignes font le pari des gammes bio
Grandes surfaces : les enseignes font le pari des gammes bio

Santé, plaisir du goût ou encore préoccupation environnementale : de plus en plus, l'alimentation bio s'invite dans les assiettes des Français. L'agriculture biologique a très largement gagné en visibilité et s'est imposée dans les rayons des grandes surfaces, sur les marchés, et sur les cartes des restaurants.

L'œuf bio a du succès

L'œuf bio est particulièrement sollicité (près de 20% des ventes en valeur), tout comme le lait (12%) et les fruits et légumes courants (7%).

Au total, le chiffre d'affaires du secteur a grimpé de 10% en 2014 pour atteindre 5 milliards d'euros. Même s'il ne représente que 2,5% des ventes d'alimentation, c'est une gageure dans un environnement économique au ralenti.

« La multiplication des points de vente a largement participé » à cet engouement, estime Elisabeth Mercier, directrice de l'Agence Bio. Selon cet organisme public, qui organisait du 1er au 15 juin l'opération de promotion et d'information Le Printemps Bio, neuf français sur dix consomment occasionnellement du bio et six sur dix régulièrement. « Depuis trois ans, on enregistre un taux de croissance de 13 à 14% », se félicite Gilles Piquet-Pellorce, directeur général de Biocoop. Longtemps taxée de sectaire, l'enseigne revendique son militantisme mais a « adapté son discours pour des consommateurs qui ne sont pas forcément initiés à la bio ». Résultat : Biocoop a ouvert 17 nouveaux magasins en 2014 et compte désormais quelque 360 emplacements.

La Vie Claire en dénombre 245 et Naturalia inaugure mardi son 100e point de vente. Parmi les derniers arrivés sur le créneau, Bio c'Bon grandit tambour battant : plus de 70 magasins en 7 ans.

But : baisser les prix du bio

Le bio a aussi trouvé sa place sur les étals des grandes et moyennes surfaces, où se vend 46% de la production (contre 36% dans les magasins spécialisés, 13% en vente directe et 5% chez les artisans-commerçants). Des « corners Bio » ont ainsi fleuri ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant