Grandes manoeuvres pour tenter de sauver la SNCM

le
3
LA SNCM MENACÉE DE FAILLITE
LA SNCM MENACÉE DE FAILLITE

MARSEILLE (Reuters) - La Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), en proie à de graves difficultés financières, conserve un "espoir de rétablissement", estime le président du conseil de surveillance de la compagnie maritime, Gérard Couturier.

Un dépôt de bilan est considéré par les actionnaires privés de la SNCM comme la solution pour sortir de l'impasse après que la Commission européenne a ordonné à l'Etat de récupérer 440 millions d'euros d'aides reçues lors de sa privatisation et pour ses obligations de service public.

"Cela m'a été évoqué et je n'ai pas voulu", déclare Gérard Couturier dans un entretien paru mardi dans La Provence, suivant ainsi le refus du président du directoire, Marc Dufour.

L'Etat a introduit des recours contre les décisions de la Commission européenne, qui risquent de provoquer la faillite de la société détenue à 66% par Transdev, coentreprise de transports publics de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts à 25% par l'Etat et à 9% par ses salariés.

"Quoi qu'on en dise, il y a une réflexion qui réunit Etat, Transdev et CDC pour ce qu'on nomme un plan de discontinuité", dit Gérard Couturier.

"Cela veut dire qu'on s'avance vers une compagnie nouvelle, qui aura une forme plus ramassée en taille, par exemple quatre bateaux au lieu de huit, et en effectif. C'est très différent du plan précédemment adopté au conseil de surveillance et qui prévoyait un avenir à la SNCM", ajoute-t-il.

Selon des sources syndicales, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault rencontrera jeudi les PDG de Veolia et de Transdev pour débattre de l'avenir de la compagnie maritime. Matignon s'est refusé mardi à confirmer cette rencontre.

DES "CONTACTS" AVEC DES PARTENAIRES

Pour le président du conseil de surveillance de la SNCM, l'urgence reste de régler le litige avec Bruxelles.

"Pour le reste, l'entreprise et les salariés font les efforts nécessaires. Moi aussi, je suis convaincu qu'il y a un espoir de rétablissement au bout", souligne-t-il.

Gérard Couturier confirme, sans les nommer, des "contacts avec des partenaires" pour la reprise de l'entreprise qui emploie 2.600 personnes, mais qui "exigent auparavant que le litige avec la Commission européenne soit résolu".

Un rapport d'une commission d'enquête de l'Assemblée nationale publié la semaine dernière a qualifié de "gâchis épouvantable" la privatisation de la SNCM en 2006 qui a coûté environ 400 millions d'euros à l'Etat.

"Dans cette affaire, Veolia, qui a repris la SNCM sans litige, est une victime", estime Gérard Couturier, qui rappelle l'existence d'une clause résolutoire conclue par Veolia lors de son entrée au capital de la SNCM avec Butler Capital Partners.

"Elle a prévu que, dans le cas où les modalités de la recapitalisation de 2006 seraient contestées, c'était à l'Etat de prendre les choses en main", dit-il. "Et aujourd'hui, il refuse d'honorer cette clause en répondant que les délais sont passés. C'est ce qui a conduit Veolia à aller devant le tribunal de commerce de Paris afin de faire reconnaître la validité de cette clause résolutoire", poursuit-il.

La SNCM a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires estimé à 300 millions d'euros pour des pertes de 13 millions d'euros. La compagnie a remporté en septembre l'appel d'offres destiné à assurer la continuité territoriale des relations maritimes entre la Corse et le continent sur la période 2014-2024.

La CGT et la CGC des marins de la SNCM ont déposé un préavis de grève reconductible à partir du 1er janvier prochain pour dénoncer les nouvelles obligations de service public mises en place par la Collectivité territoriale de Corse.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mardi 17 déc 2013 à 13:43

    la CGT a coulé l'entreprise c'est à elle de payer

  • lorant21 le mardi 17 déc 2013 à 12:58

    Surtout pas trop de manoeuvres.. et un sauvegarde qui coute le moins cher au contribuable qui en a marre de payer pour les marins CGT. On entend trop parler de malversations et de grèves..

  • lberger4 le mardi 17 déc 2013 à 12:58

    Encore un non-sens et des dépenses inconsidérées, en pure perte !!! personne ne se pose la question; pourquoi Corsica Ferries marche bien et fait des bénéfices ????? alors du courage messieurs.