Grande première pour le cinéma iranien aux Oscars

le
1
GRANDE PREMIÈRE POUR LE CINÉMA IRANIEN AUX OSCARS
GRANDE PREMIÈRE POUR LE CINÉMA IRANIEN AUX OSCARS

par Ronald Grover

LOS ANGELES (Reuters) - Le film "Une Séparation" d'Asghar Farhadi a obtenu l'Oscar du meilleur film étranger dimanche soir à Hollywood, une grande première pour le cinéma iranien.

A travers sa peinture d'un couple en crise, Asghar Farhadi explore les divisions sociales de l'Iran, son conservatisme religieux et son appareil judiciaire tout en entretenant la tension d'un thriller.

Favori des Oscars après avoir été célébré par la critique en Europe et aux Etats-Unis, "Une séparation" a apporté une touche de légèreté aux relations irano-américaines en pleine montée des tensions autour du programme nucléaire iranien.

"En ce moment, beaucoup d'Iraniens nous regardent et je suis sûr qu'ils sont très heureux", a déclaré le réalisateur.

"A un moment où on parle de guerre, où les politiciens échangent intimidations et agressions, le nom de leur pays, l'Iran, est associé ici à sa culture glorieuse, sa culture ancienne et riche qui a été enterrée sous la poussière de la politique."

"Je suis fier d'offrir cet Oscar à mon peuple, un peuple qui respecte toutes les cultures et civilisations et méprise l'hostilité et la rancoeur", a conclu Asghar Farhadi.

Entièrement tourné en Iran sous l'oeil attentif de la censure -que le réalisateur dit ne pas avoir subi-, "Une séparation" n'a coûté que 800.000 dollars et en a déjà rapporté plus de 13 millions, dont 2,6 millions aux Etats-Unis, selon le site Box Office Mojo.

ÉCHANGES IRANO-ISRAÉLIENS

Asghar Farhadi assure que son film n'est pas une parabole des luttes entre la jeunesse iranienne révoltée et les mollahs paternalistes, invitant chaque spectateur à se faire sa propre idée.

Il n'en a pas moins soutenu publiquement Jafar Panahi, deux fois primé à Cannes -Caméra d'or pour "Ballon blanc" en 1995 et Prix du jury Un certain regard pour "Sang et or" en 2003- et Ours d'argent à Berlin pour "Hors jeu" en 2006, emprisonné depuis 2010 pour avoir soutenu l'opposition iranienne et qui s'est vu interdire de tourner de nouveaux films.

Asghar Farhadi a reconnu qu'il ne savait pas quel accueil les autorités iraniennes allaient réserver à son Oscar.

"Le gouvernement iranien n'est pas du tout unanime. Quand le film a été nominé, certains étaient contents, d'autres silencieux, d'autres très mécontents", a-t-il déclaré à la presse après avoir remporté son prix.

"Je n'ai aucune idée de ce qui va se passer, donc je vais attendre la réponse", a-t-il dit.

Les artistes iraniens et israéliens présents à Hollywood se sont réunis deux jours avant la cérémonie des Oscars pour exprimer leur soutien à la paix, a raconté l'acteur israélien Lior Ashkenazi.

"Pendant la réception organisée par l'Academy en l'honneur des films étrangers, on s'est assis ensemble, on a échangé et le voile est tombé", a dit l'acteur à la radio militaire israélienne.

"Ce sont des gens chaleureux. Nous les avons invités à Tel Aviv et ils nous ont invité à Téhéran."

(Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m91 le lundi 27 fév 2012 à 10:15

    Tiens une grande première pour eux aussi !!! C'est une coïncidence ?? Oliwod ne fait JAMAIS de politique !!