Grande marche contre les violences policières à Baltimore

le , mis à jour à 06:01
0

* Au moins 60 arrestations à New York * Manifestations dans plusieurs villes américaines * La marche de Baltimore s'est déroulée dans le calme (actualisé avec arrestations) par Scott Malone, Ian Simpson et Warren Strobel BALTIMORE, 30 avril (Reuters) - Des manifestations contre les violences policières ont eu lieu mercredi dans plusieurs villes des Etats-Unis, de New York à Denver, et une grande marche à Baltimore s'est terminée dans le calme, deux jours après les émeutes provoquées par la mort, en détention policière, d'un Noir de 25 ans, Freddie Gray. A New York, la police a arrêté plus de 60 personnes alors que les manifestants se déplaçaient en plusieurs cortèges à travers Manhattan, où ils ont bloqué la circulation dans certaines rues. D'autres manifestations ont été signalées à Boston, Houston, Ferguson dans le Missouri, Washington et Seattle. A Denver, la police a arrêté plusieurs protestataires. Plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Baltimore, sur la côte est des Etats-Unis, pour réclamer justice et une réforme de la police, alors que 3.000 membres des forces de l'ordre étaient mobilisés pour faire appliquer le couvre-feu. Cette grande manifestation pacifique, qui a pris fin devant l'hôtel de ville, a couronné une journée de calme dans Baltimore, qui avait connu en début de semaine ses pires émeutes depuis des décennies. "Jetez les flics assassins en prison!", ont scandé les manifestants lors de la marche, la plus importante en plus d'une semaine de défilés depuis le décès, le 19 avril, de Freddie Gray, qui avait été blessé lors de son arrestation. "C'est (la manifestation) pour tous ceux qui sont morts entre les mains de la police", a expliqué une coiffeuse de 35 ans venue manifester avec sa fille en bas âge. "Il y a tant de tensions. La criminalité est si importante que lorsqu'il y a interaction entre les policiers et la communauté, la situation devient explosive", a-t-elle reconnu. Le gouverneur républicain du Maryland, Larry Hogan, avait rappelé aux manifestants qu'ils devaient respecter le couvre-feu nocturne et que l'armée ne tolérerait ni pillages ni émeutes à Baltimore. MANIFESTATIONS A BOSTON, NEW YORK... Le couvre-feu a été décrété dans cette ville à forte population noire, à la suite des violences qui ont fait une vingtaine de blessés parmi les forces de l'ordre lundi soir, quand des magasins ont été pillés, des immeubles et des voitures incendiés après les obsèques de Freddie Gray. Nombre d'habitants de Baltimore espéraient avoir des précisions sur la mort de Gray vendredi, jour où la police avait annoncé qu'elle mettrait fin à son enquête. Mais lors d'un point de presse tenu mercredi, le porte-parole de la police, Eric Kowalczyk, a déclaré que les conclusions de l'enquête ne seraient pas rendues publiques. Le département américain de la Justice mène de son côté sa propre enquête sur de possibles violations des droits civiques. Le Washington Post, qui cite un prisonnier transporté au même moment que Freddie Gray, a rapporté mercredi que le jeune Noir se "cognait contre la paroi" du fourgon policier et "cherchait délibérément à se blesser". Gray a été découvert inconscient dans le fourgon à son arrivée à un poste de police le 12 avril. Souffrant d'une blessure aux cervicales, il est décédé une semaine plus tard. Alors que la police et la Garde nationale patrouillaient dans les rues de Baltimore, ville de 620.000 habitants, les écoles ont rouvert et l'activité a repris un cours normal. La police a arrêté près de 270 personnes depuis lundi, dont 18 au cours de la journée de mercredi. Plus de 100 personnes ont été relâchées sans avoir été inculpées. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant