Grande-Bretagne : on ne touche pas au prince George !

le
0
Le prince George entouré de ses parents, ici le jour de son premier anniversaire, le 22 juillet 2014.
Le prince George entouré de ses parents, ici le jour de son premier anniversaire, le 22 juillet 2014.

"Aucun parent ne peut tolérer le harcèlement de son enfant et de sa gouvernante." Pour protéger le prince George d'un paparazzo envahissant, ses parents, le duc et la duchesse de Cambridge, ont décidé de mobiliser leurs avocats. L'annonce, le 2 octobre, de l'envoi par le cabinet juridique représentant le Palais de Kensington d'une lettre d'avertissement enjoignant à l'homme d'arrêter de photographier leur fils alors âgé de 14 mois souligne le durcissement de l'attitude de Kate et de William envers les médias. Le paparazzo en question, Niraj Tanna, un journaliste free lance, n'avait cessé de pourchasser le petit prince, troisième dans l'ordre de succession au trône, et sa nanny, Maria Teresa Turrion Borrallo, lors de leurs promenades au parc de Battersea, un jardin public situé sur la rive sud de la Tamise. Le photographe avait refusé d'obtempérer à la demande des gardes du corps du Royalty Protection Department de se tenir à distance du bambin. Les médias, un mal nécessaire Pour autant, comment expliquer cette réaction "musclée" de la nouvelle génération Windsor ? On sait que la reine Elizabeth II et le prince Charles considèrent les médias comme un mal nécessaire. À leurs yeux, l'existence de la monarchie dépend beaucoup de son image publique. Ce facteur explique la collaboration de la souveraine, de son époux le prince Philip, du prince de Galles ou de la princesse Anne à plusieurs ambitieux documentaires de la BBC ou à des interviews...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant