Grande-Bretagne : les débuts chaotiques de Corbyn à la tête du Labour

le
1
Jeremy Corbyn, lors d'une manifestation contre l'austérité en juin 2015.
Jeremy Corbyn, lors d'une manifestation contre l'austérité en juin 2015.

La traditionnelle séance des questions au Parlement est le point de passage obligé pour tout nouveau leader de l'opposition soucieux d'asseoir son autorité. À l'image de ses débuts chaotiques à la tête du Labour, Jeremy Corbyn n'a guère convaincu lors de son premier face-à-face avec le Premier ministre conservateur, David Cameron. À la barre du « Question Time », Corbyn, vêtu d'un costume brun visiblement trop grand, la cravate mal nouée, les lunettes sur le nez et l'allure chiffonnée, ressemblait à s'y méprendre à l'un de ses prédécesseurs, lui aussi radical, Michel Foot.

À l'instar du dirigeant travailliste responsable de la pire défaite électorale travailliste en 1983, le nouveau chef de l'opposition a continué à porter le fardeau du dogme socialiste. Ses rares crescendo ont masqué la monotonie du style oratoire. « Le Question Time est trop théâtral, trop coupé de la réalité. Les gens veulent faire entendre leur voix », a déclaré le challenger. Quelques jours plus tôt, Jeremy Corbyn avait fait appel sur Internet aux citoyens anglais pour qu'ils lui envoient des questions qu'ils aimeraient soumettre à l'hôte du 10, Downing Street. Une première qui n'a pas eu l'effet escompté... Fin man?uvrier, David Cameron n'a éprouvé aucune difficulté à défendre la ligne de conduite gouvernementale sur la crise du logement, la baisse des allocations sociales, les difficultés du service national de santé ou la montée...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le jeudi 17 sept 2015 à 09:20

    Chouette le Labour va exploser. Des lemmings politiques, vous-dis-je.