Grande-Bretagne - Législatives : le nouveau multipartisme crée l'incertitude

le
0
Le Premier ministre David Cameron, le vice-Premier ministre Nick Clegg, et le leader de l'opposition, le chef du Labour Ed Miliband.
Le Premier ministre David Cameron, le vice-Premier ministre Nick Clegg, et le leader de l'opposition, le chef du Labour Ed Miliband.

Alors que l'unique débat télévisé de la campagne des élections législatives britanniques doit se dérouler ce jeudi soir, l'avènement du multipartisme crée une grande incertitude sur l'issue du scrutin du 7 mai. À écouter les sondages qui donnent les travailleurs et les conservateurs au coude-à-coude, la consultation devrait déboucher sur un Parlement sans majorité. Le débat télévisé de ce 2 avril, l'unique de la campagne, symbolise par excellence l'éclatement du bipartisme Labour-tories qui a dominé la vie politique britannique de ces vingt dernières années. Après bien des péripéties, la chaîne commerciale ITV a invité sept chefs de parti à cette joute télévisée retransmise en "prime time". Le Premier ministre conservateur sortant, David Cameron, son allié libéral-démocrate, Nick Clegg, et le chef de l'opposition travailliste Ed Miliband seront flanqués des leaders des nationalistes écossais (SNP) et gallois, des Verts et du parti anti-immigrant et europhobe Ukip. "Le facteur régional a détruit le bipartisme à l'ancienne. En Écosse, le parti indépendantiste SNP a supplanté le Labour, tandis que l'Ukip progresse dans le Sud et à l'Est au détriment des tories. Par ailleurs, les allégeances de classe ou les niveaux de revenus influencent moins le résultat", souligne Simon Hicks, politologue à la London School of Economics.Bouleversement En Angleterre, où vit 85 % de la population du royaume, les tories ont fait de la relance...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant