Grande-Bretagne - Législatives : la femme est l'avenir de l'Écosse

le
0
Mhairi Black, 20 ans, candidate du Parti national écossais, est devenue un symbole.
Mhairi Black, 20 ans, candidate du Parti national écossais, est devenue un symbole.

Benjamin Disraeli avait bien raison. Premier ministre conservateur à la fin du XIXe siècle, il trouvait les Écossais turbulents, tout particulièrement les habitants de Paisley sur lesquels il fallait "toujours garder un oeil". Ce n'est pas Douglas Alexander qui dira le contraire, même si lui est travailliste. Il est même responsable de la politique étrangère dans le "cabinet fantôme" d'Ed Miliband, ce qui veut dire qu'il sera chef de la diplomatie si le Labour gagne les élections générales qui ont lieu jeudi. Et à condition qu'il retrouve son siège de député de Paisley, dans la grande banlieue de Glasgow.

La deuxième hypothèse est hautement improbable et l'affaire est d'autant plus ironique qu'il est le responsable de la stratégie électorale du parti. Alexander était à peine trentenaire lorsqu'il a été élu pour la première fois, en 1997, et, tous les sondages le prédisent, il va être défait par une étudiante en sciences politiques de 20 ans, Mhairi Black, qui se présente sous la bannière du Parti national écossais, le SNP. Première conclusion : les électeurs de Paisley aiment être représentés à Londres par des jeunes et ne sont pas sexistes. Deuxième conclusion : les travaillistes, qui considéraient l'Écosse comme leur chasse gardée, risquent d'être victimes d'un tsunami indépendantiste le 7 mai. Car, au-delà de sa précocité qui devrait en faire la benjamine de la Chambre des communes, la nouvelle figure de proue du SNP est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant