Grande-Bretagne : jusqu'où ira l'Ukip ?

le
0
Nigel Farage, le leader de Ukip à Clacton-on-Sea, où le parti est sorti vainqueur de l'élection partielle.
Nigel Farage, le leader de Ukip à Clacton-on-Sea, où le parti est sorti vainqueur de l'élection partielle.

La percée électorale de l'Ukip (United Kingdom Independent Party) lors des deux élections partielles de Clacton et de Heywood-Middleton peut-elle changer la donne des élections générales britanniques qui doivent se dérouler au plus tard à la mi-2015 ? "Si en termes de voix, l'Ukip va certainement augmenter son score par rapport aux 3 % recueillis en 2010, cette formation ne devrait remporter qu'une poignée de sièges en raison du système électoral uninominal à un tour, first past the post (le premier arrivé gagne), un mode de scrutin qui favorise les deux grands partis, conservateur et travailliste. Mais le succès enregistré lors des deux consultations partielles, tout comme le triomphe aux élections européennes de mai ne peuvent que renforcer son assise", déclare au Point John Curtice, spécialiste de la politique britannique à l'université de Strathclyde.La victoire de l'Ukip au cours de l'élection partielle du 9 octobre à Clacton (Essex) a permis à la formation europhobe et anti-immigrés d'obtenir son premier député à la Chambre des Communes. Par ailleurs, le parti de Nigel Farage a failli de peu déloger le Labour de son bastion de Heywood-Middleton, dans le nord de l'Angleterre.Qui vote Ukip ?"En 2015, l'Ukip va concentrer ses efforts sur quelques circonscriptions gagnables pour remporter quatre à cinq sièges en espérant jouer un rôle d'arbitre en cas d'absence de majorité parlementaire. À l'heure actuelle, son progrès...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant