Grand retour de la volatilité sur les marchés

le
3

Les fortes variations des marchés au cours des dernières séances se traduisent par un nouveau pic de l'indice Vix. La dégradation du climat boursier pourrait ainsi se traduire par de mauvaises performances annuelles pour les gérants français.
Les fortes variations des marchés au cours des dernières séances se traduisent par un nouveau pic de l'indice Vix. La dégradation du climat boursier pourrait ainsi se traduire par de mauvaises performances annuelles pour les gérants français.

Le CAC40 a de nouveau enchaîné cette semaine des séances de fortes hausses, fortes baisses, et retournements en cours de séance. Après une semaine en baisse de 7%, une chose est sûre : la volatilité fait son grand retour sur les marchés.

Le CAC40 a gagné 3,23% au cours de la semaine du 15 au 19 décembre, mais les cours ont joué aux montagnes russes. Mardi, la volatilité était très forte, l'indice plongeant de presque 2% en milieu de séance avant d'engager un rallye lui permettant de clôturer à +2,19%. Mercredi, l'indice a clôturé en hausse de 0,46% après être passé par une baisse de plus de 1% en début de séance. Jeudi, l'indice bondissait de 3,35%. Les investisseurs ont ainsi pu avoir quelques sueurs froides.

Pic de l'indice Vix

L'indice américain Vix, mesurant la volatilité des marchés et indirectement la « tension » des investisseurs, a ainsi marqué un nouveau pic débuté lors de la seconde semaine de décembre. Oscillant habituellement entre 11 et 14 points, et situé à 11,82 points le 5 décembre, l'indice de volatilité a doublé en quelques séances, atteignant 21,08 points le 12 décembre, et restant au-dessus de 20 points pendant plusieurs jours.

Ce pic de l'indice Vix reste moins prononcé que le précédent survenu à la mi-octobre. La chute des marchés boursiers de près de 15% entre le 1er et le 15 octobre avait alors fait bondir l'indice Vix à plus de 25 points, un record depuis juillet 2012 où la Grèce avait fait un défaut partiel sur sa dette.

Surprenant pour un mois de décembre

À noter le caractère relativement inhabituel d'une telle volatilité à l'approche de la fin d'année. Le mois de décembre est généralement un mois calme voire haussier en Bourse alors que la plupart des grands investisseurs cherchent à clôturer en douceur leur bilan annuel. La volatilité des marchés boursiers redescend généralement à des niveaux bas à l'approche des fêtes, mais les inquiétudes autour du pétrole, de la Russie et de la Grèce ont eu raison de l'habituel atterrissage en douceur de fin d'année.

La panique de la semaine du 8 au 12 décembre a par ailleurs fait replonger le CAC40 en territoire négatif depuis le début de l'année. À la clôture de vendredi 19 décembre, le CAC40 était toujours en baisse de 1,26% depuis le début de l'année. Un constat embêtant pour de nombreux gérants de fonds français, qui risquent d'avoir une performance annuelle négative ou très proche de 0% sur l'année 2014, dans le sillon de l'indice national.

Or, la publication de résultats mitigés n'est jamais bonne pour la confiance des investisseurs l'année suivante. D'où l'enjeu des dernières séances de l'année, qui pourraient encore faire repasser l'indice parisien dans le vert. Côté américain, le bilan de l'année est déjà nettement meilleur qu'en France, alors qu'à titre d'exemple, le Dow Jones est en progression de 7,19% depuis le début de l'année.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le vendredi 19 déc 2014 à 18:26

    Les robots des banksters sont nerveux....Ils cherchent le pigeon avec frenesie.

  • M4358281 le jeudi 18 déc 2014 à 16:31

    Oui oui ..que cela baisse et que cela monte ..miam miam

  • M2286010 le mercredi 17 déc 2014 à 18:20

    Boursorama fournit les outils pour sélectionner des SICAV performantes sur LT. Mes fonds PEA font une performance moyenne de 6.15% du 01/01 au 15/121.