Grand Paris : l'État veut créer six quartiers prioritaires pour le logements

le
2

Des discussions sont également envisagées autour de la création de trois autres opérations supplémentaires. Objectif : relancer la construction de logements en Île-de-France.

Le gouvernement a annoncé jeudi à l’issue d’un comité interministériel du Grand Paris la création de six «opérations d’intérêt national» (OIN) qui permettront la relance de la construction de logements en Ile-de-France. Les périmètres et les systèmes de gouvernance de ces OIN, établis en concertation avec les élus, seront proposés au Conseil d’Etat début 2016, selon un dossier de presse de Matignon. L’objectif est d’accélérer la construction de logements en Ile-de-France en permettant à l’Etat de passer outre les prérogatives des maires, notamment s’agissant de la signature des permis de construire.

Sont ainsi envisagées une OIN en Essonne («Portes sud du Grand Paris»), deux dans le Val-de-Marne (autour de Villejuif et de Champigny-sur-Marne), une autre dans le Val-d’Oise (Argenteuil) et deux en Seine-Saint-Denis (Roissy-Nord, Aulnay-sous-Bois). Des discussions sont également envisagées autour de la création de trois autres opérations (Melun-Dammarie-Les-Lys en Seine-et-Marne, Pantin-Aubervilliers et Plaine Commune en Seine-Saint-Denis).

Ce comité interministériel, le troisième présidé par Manuel Valls, a réuni une douzaine de ministres, a indiqué ce dernier au cours d’une conférence de presse. Le gouvernement a confirmé la construction à l’horizon 2023 de la liaison ferroviaire CDG-Express, entre l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et Paris.

Soutenir la création de bureaux dans toute la région parisienne

L’ordonnance nécessaire à la réalisation effective du projet va être transmise au Conseil d’Etat en vue de la création de la société de projet début 2016, et une enquête publique devrait avoir lieu au premier semestre 2016. Afin de tenir les coûts et le calendrier de cette nouvelle liaison, les voies ne devraient pas être enfouies au niveau de la Porte de la Chapelle, contrairement à une position longtemps défendue par la mairie de Paris. S’agissant du prolongement du RER E Eole, le Premier ministre a indiqué que la part de financement des départements de Paris, des Hauts-de-Seine et des Yvelines serait «clarifiée dans les prochaines semaines».

Soucieux de rééquilibrer la création de bureaux entre l’est et l’ouest de la capitale, le gouvernement a annoncé une réforme de la redevance sur les créations de bureaux. «Nous adopterons donc dans la loi de finances rectificative un nouveau zonage, plus simple, plus juste. L’objectif: soutenir la création de bureaux dans les départements comme la Seine-Saint-Denis ou le Val-de-Marne, où les tarifs seront pratiquement divisés par trois; ou en Grande Couronne, où ils seront divisés par deux», a dit M. Valls.

Il a également annoncé que serait mise à l’étude la création d’un «passe culture» annuel commun à toute l’Ile-de-France. Le Premier ministre a confirmé que le gouvernement travaillerait avec la Ville de Paris pour répondre à sa volonté de réformer le statut de Paris. Des «modifications législatives» pourraient intervenir en 2016 pour fusionner le département et la commune de Paris, et transférer à la Ville des compétences actuellement entre les mains de l’Etat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Nemlods le mercredi 21 oct 2015 à 18:08

    Il est vrai que nous ne sommes pas assez entassé en IDF, la densité est faible, les routes désertes, la qualité de l'air excellent... et il y a vraiment trop de verdure et d'espace pour que nos gosses fassent du vélo, courent ou tapent un ballon.Il est vrai qu'aucune ville de campagne n'a besoin d'investissement pour rester attractive et éviter le dépeuplement.

  • pelochon le vendredi 16 oct 2015 à 12:27

    Tiens tiens que des mairies socialos-communistes, celles là mêmes qui ont fait ériger les ghettos que sont devenues les barres HLM cages à poules construites en masse dans les années 50-70, qu'on a si grand peine à réhabiliter, à détruire ou à rénover depuis.