Grand ménage dans la sécurité privée

le
0
Un Conseil national, installé lundi matin par le ministre de l'Intérieur, va moraliser l'emploi de vigiles ou de détectives.

Sonne-t-on le glas des malfrats qui deviennent vigiles et des barbouzes se reconvertissant en détectives privés? Tenaillées depuis plus de trente ans par de vilains dérapages écornant leur image, les entreprises de sécurité privées lancent enfin, sous la tutelle de l'État, une vaste opération mains propres dans leurs rangs.

Lundi matin, place Beauvau, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant va installer un tout nouveau Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps). Loin d'être un de ces comités Théodule que l'on crée pour enterrer un problème, cette structure originale entend moraliser de fond en comble un secteur stratégique en pleine croissance et qui emploie 165.000 personnes. Outre les vigiles, cette haute autorité va s'intéresser de près aux agents de recherches privés, aux gardiens d'immeubles et de parkings, aux convoyeurs, aux maîtres-chiens, aux opérateurs de vidéosurveillance ou encore aux agents de sûreté dans les aéroports.

L'e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant