GRAND FORMAT. Voyage avec les migrants, au bout de l'exil

le
0
GRAND FORMAT. Voyage avec les migrants, au bout de l'exil
GRAND FORMAT. Voyage avec les migrants, au bout de l'exil

Leurs routes sont aussi mouvantes que l'immensité liquide sur laquelle ils risquent leur vie. Elles ont un même point de départ -- la misère ou l'oppression -- et un unique objectif -- une vie meilleure dans une Europe fantasmée. Les migrants en quête d'un avenir meilleur n'ont jamais été aussi nombreux à emprunter ces chemins de l'exode qui passent par la Méditerranée. Un obstacle meurtrier que 219 000 d'entre eux ont franchi l'an dernier et qu'ils seront à coup sûr plus nombreux à braver en 2015.

Les pays d'origine -- Syrie, Erythrée et Somalie en tête -- disent tout des chaos du monde. La plupart ont tout laissé derrière eux. Endettés, poussés par l'énergie du désespoir -- triste mais efficace carburant --, ils convergent vers l'Italie et la Grèce, où ils deviennent des proies faciles pour les mafias qui abolissent au prix le plus cher les frontières.

Avec eux, nous avons fait ce parcours de la Sicile à l'Italie continentale puis à la France, soit le trajet qui reste le plus emprunté. L'itinéraire qui mène de la Turquie à la Grèce, puis à l'Europe de l'Est devrait toutefois voir passer cette année tout autant de migrants. « Des familles entières, majoritairement syriennes, remontent à pied de Thessalonique vers la Macédoine, notent les équipes de Médecins sans frontières, qui déploient dans ces zones des cliniques mobiles. Ils suivent les rails pour ne pas se perdre. »

Bien souvent, à travers l'expérience des compatriotes qui ont tenté et réussi l'aventure avant eux, ces migrants savent ce qui les attend en chemin. Même s'ils ont fait de la débrouille un mode de vie, qu'ils maîtrisent Internet et les outils de communication comme personne, beaucoup de ceux qui ont réussi à arriver jusqu'en France échouent à Calais, ce « symbole de l'impuissance et de l'absurdité, cette impasse britannique, française et européenne », selon les mots de l'association France Terre d'asile.

Face à ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant