Grand Est : les élus socialistes font pression sur Masseret

le , mis à jour le
0
Jean-Pierre Masseret, Florian Philippot, Philippe Richert, un fauteuil pour trois !
Jean-Pierre Masseret, Florian Philippot, Philippe Richert, un fauteuil pour trois !

Maintiendra, maintiendra pas ? Pour l'instant, Jean-Pierre Masseret, la tête de liste de la gauche dans le Grand Est, tient tête à la direction du PS, et refuse de se retirer pour le second tour des régionales. Pourtant, nombre d'élus socialistes de la grande région lui enjoignent de le faire. Parmi lesquels des poids-lourds, comme Dominique Gros, le maire de Metz, Roland Ries, celui de Strasbourg, Mathieu Klein, le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle et chef de file de la gauche nancéienne, le sénateur de Meurthe-et-Moselle Daniel Reiner et son collègue député Jean-Yves le Déaut?.

Le Front national, un leurre

« Notre priorité absolue, explique Mathieu Klein, est d'empêcher l'élection du Front national. Je milite ardemment pour un barrage républicain. Nous sommes dans une région qui est une porte d'entrée de l'Europe, une région aux quatre frontières, et la Lorraine à elle seule voit chaque jour 200 000 de ses habitants franchir la frontière pour aller travailler. Des dizaines d'entreprises reçoivent des investissements étrangers. Les premières victimes d'une gestion FN seront ceux qui auront cru que voter pour ce parti permettra de résoudre leurs difficultés. Le Front national, c'est une impasse, un leurre. J'appelle à voter pour le candidat des républicains ? au sens noble du terme ? le mieux placé : Philippe Richert. »

Mais Jean-Pierre Masseret s'entête. Malgré l'ordre officiel...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant