Gracié par Poutine, Khodorkovski remercie l'Allemagne

le
1
Gracié par Poutine, Khodorkovski remercie l'Allemagne
Gracié par Poutine, Khodorkovski remercie l'Allemagne

En quelques heures, l'ex-magnat du pétrole Mikhail Khodorkovski, grâcié par Vladimir Poutine, est passé d'un camp perdu de Carélie (nord-ouest de la Russie) à un grand hôtel berlinois via le tarmac de l'aéroport Schönefeld, dans la capitale allemande. Il a été accueilli vendredi après-midi par l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, âgé à présent de 86 ans.

Ce dernier a déclaré à l'édition en ligne du magazine «Der Spiegel» que Mikhail Khodorkovski était «épuisé, mais très heureux d'être enfin en liberté». A priori, le Russe devrait se reposer quelques jours à Berlin, après plus de dix ans de captivité. Sa famille arrivera samedi matin.

Hans-Dietrich Genscher, l'ex-chef de la diplomatie allemande de 1974 à 1992, l'un des artisans de la chute du mur de Berlin, a dépêché un jet privé pour assurer le voyage de l'ennemi du Kremlin. Il a d'ailleurs été chaudement remercié par l'ancien bagnard «pour le rôle personnel qu'il a joué dans (sa) vie».

Le rôle prépondérant de Berlin

Le rôle prépondérant de Berlin dans cette libération a été confirmé par Angela Merkel. Hans-Dietrich Genscher «s'est occupé du dossier en coulisses de façon intensive. Il s'est grandement impliqué pour travailler avec succès à des solutions, avec le soutien de la chancelière et du ministère des Affaires étrangères», a déclaré le porte-parole de la chancelière. Elle espère la «libération d'autres personnes qui luttent pour une Russie moderne», a-t-il poursuivi, selon un autre article du «Spiegel». La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a salué elle aussi cette libération, en soulignant que l'UE avait suivi son cas «depuis plus de 10 ans», et plaidé pour une justice «indépendante et transparente» en Russie.

Si l'opposant a confirmé avoir demandé une grâce à Vladimir Poutine, il a assuré ne pas avoir reconnu sa culpabilité. «Le 12 novembre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le samedi 21 déc 2013 à 12:34

    Les allemands travaillent en silence et ont des résultats. A bon entendeur,salut!!!!