Grâce présidentielle en RD Congo en vue des élections

le
0
    KINSHASA, 20 août (Reuters) - Le gouvernement congolais a 
annoncé vendredi la libération de 24 opposants et la réouverture 
de deux stations de télévision contrôlées par l'opposition dans 
un geste d'apaisement avant l'élection présidentielle du mois de 
novembre. 
    Les opposants accusent le président Joseph Kabila, au 
pouvoir depuis la mort de son père Laurent-Désiré Kabila en 
2001, de vouloir s'accrocher au pouvoir. La République 
démocratique du Congo (RDC) n'a pas connu de changement 
pacifique de gouvernement depuis l'indépendance en 1960. 
    Le gouvernement affirme ne pas avoir la capacité financière 
d'organiser une élection cette année. Joseph Kabila a été 
autorisé par la justice à rester au pouvoir jusqu'à la tenue du 
scrutin. 
    Selon la commission électorale, il faudra plus d'un an pour 
inscrire plusieurs millions d'électeurs sur les listes 
électorales. 
    Le facilitateur de l'Union africaine aux discussions 
électorales, l'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, a 
salué les grâces présidentielles et indiqué que les discussions 
sur le dialogue préparatoire aux élections commenceraient la 
semaine prochaine. 
    Mais certains opposants importants étant toujours derrière 
les barreaux, le dialogue préparatoire aux élections risque 
d'être retardé. 
    Le chef de l'opposition Joseph Olengankhoy a demandé au 
gouvernement de libérer également Moïse Katumba, candidat à la 
présidentielle. Celui-ci a été condamné par contumace en juin à 
trois ans de prison pour une fraude immobilière.     
 
 (Aaron ross; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant