Grâce au tourisme, la Grèce enregistre son 1er excédent courant

le
5
LA GRÈCE ENREGISTRE SON 1ER EXCÉDENT COURANT GRÂCE AU TOURISME
LA GRÈCE ENREGISTRE SON 1ER EXCÉDENT COURANT GRÂCE AU TOURISME

par George Georgiopoulos et Harry Papachristou

ATHENES (Reuters) - Des revenus record du tourisme ont permis à la Grèce d'enregistrer en 2013 des comptes courants excédentaires pour la première fois depuis que ces données ont commencé à être établies en 1948, selon des chiffres publiées mercredi par la banque centrale.

La balance des comptes courants a dégagé l'an dernier un solde positif de 1,24 milliard d'euros, représentant environ 0,7% du produit intérieur brut, grâce en particulier à un bond de 15% des revenus du tourisme à 12 milliards d'euros, un record.

Le déficit courant avait culminé à 15% du PIB en 2008 après l'entrée de la Grèce dans la zone euro qui avait entraîné un boom de la consommation et une ruée sur les importations.

A partir de 2009, la crise de la dette a plongé le pays dans une profonde récession qui a permis à Athènes de corriger ses déséquilibres extérieurs. Avec l'austérité, les importations se sont effondrées de 54% depuis 2008 alors que le secteur touristique n'a jamais autant rapporté.

Signe des temps, il ne s'est vendu en Grèce que huit Porsche l'an dernier, contre 424 en 2009.

La baisse des salaires a rétabli une partie de la compétitivité perdue du pays, permettant aux exportations (hors produits pétroliers) d'augmenter de 2,1% à 14,2 milliards d'euros en valeur l'an dernier - soit leur niveau de 2008.

La balance des comptes courants a aussi bénéficié du soutien des créanciers de la Grèce qui ont accepté de réduire de moitié leurs intérêts dus en 2013, à environ six milliards d'euros.

"En 2014, le pays devrait encore dégager un excédent courant, les importations restant faibles alors que le tourisme et les exportations se reprennent", commente Platon Monokroussos, économiste chez Eurobank à Athènes.

"Sur le plus long terme, l'amélioration durable des comptes courants dépendra de la capacité du pays à maintenir sa compétitivité et à augmenter la substitution d'importations par la production locale", ajoute-t-il.

George Georgiopoulos et Harry Papachristou, Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le mercredi 5 mar 2014 à 14:37

    Ben alignement des salaires vers le bas, vu qu'il n'y a plus d'argent les importations chutent. Bientôt dans les bacs en France. Par contre quand ça arrivera en france, il ne restera plus beaucoup de touristes solvables pour venir relancer le tourisme.

  • M1765517 le mercredi 19 fév 2014 à 12:51

    c'est sûr pas de cb .... d'ou peu d'impots

  • guerber3 le mercredi 19 fév 2014 à 12:31

    Un effet d'annonce et c'est tout...mais on peut comprendre que cela peut aider les Grecs à reprendre leurs esprits...!

  • cguintar le mercredi 19 fév 2014 à 12:15

    c'est très bien pour le peuple grec, mais je me rends compte que peux de choses ont changé coté économie, toujours pas possible de payer avec les cartes bleus et seulement les espèces sont acceptés la plus part du temps....je pensais que la troïka était passée par là???

  • paspil le mercredi 19 fév 2014 à 12:10

    il faudra manger beaucoup d'olives pour que l'Europe recupere son oseille

Partenaires Taux