Grâce à Martial, l'odyssée des Ulis continue

le
0
Grâce à Martial, l'odyssée des Ulis continue
Grâce à Martial, l'odyssée des Ulis continue

Le transfert record d'Anthony Martial fait des heureux : Louis van Gaal, Vadim Vasilyev, Jean-Michel Aulas, mais aussi le club amateur des Ulis, où il a fait ses débuts. Entre fierté et gains financiers, l'avenir du club essonnien s'annonce rayonnant.

Le jour le plus long a rarement aussi bien porté son nom. Lundi 31 août : dernière journée du mercato estival, dernière occasion pour Jorge Mendes de se faire du biff, dernière opportunité pour la Premier League de racheter la Ligue 1. Hier, aux alentours de midi, les médias d'outre-Manche annoncent qu'Anthony Martial, 19 ans, serait sur les tablettes de Manchester United. La somme évoquée que MU serait prêt à mettre : 50 millions d'euros. Et bien sûr, la rumeur s'est répandue comme une traînée de poudre jusqu'au board des Ulis, commune de l'Essonne (91), en banlieue parisienne. "À ce moment-là, on s'interroge, mais on se dit que ça peut très bien être juste une rumeur", explique Aziz Benaaddane, le directeur technique et pré-formateur d'Anthony Martial. Quelques heures plus tard, on parle d'un transfert à 80 millions d'euros (60 + 20 de bonus). Les sources fiables se multiplient. "À partir de là, on était comme des fous. Tout le monde était sur Facebook, sur Twitter, avec les ordinateurs, les tablettes, les téléphones. Le président, le trésorier, les entraîneurs, tout le monde appelait tout le monde pour avoir des nouvelles, jusqu'à ce que ce soit officialisé", s'amuse Aziz Benaaddane.

Au moins 300 000 euros d'indemnités


Avec le mécanisme de solidarité mis en place par la FIFA depuis 2001, les clubs formateurs peuvent récupérer un pourcentage sur les transferts internationaux de leurs anciens joueurs. Ainsi, si le club des Ulis n'a pas touché un kopeck sur le transfert de Martial de Lyon à Monaco, il va mettre la main sur un pactole non négligeable grâce au mouvement de l'attaquant vers l'Angleterre. "J'ai vu que L'Équipe parlait d'une somme de 600 000 euros. Selon nos calculs, c'est moins que ça. On ne sait pas encore combien on va toucher, mais on pense à 300 000 euros pour l'instant, soit l'équivalent de deux budgets annuels", explique le directeur technique.

De l'argent qui tombe à pic, car le club avait quelques soucis financiers depuis deux ans. "On peut dire qu'on a gagné au Loto, oui. Parce que, quand on a eu Anthony au club, on a vu tout de suite qu'il avait un potentiel incroyable, on savait qu'il aurait une grande carrière. Il pouvait traverser tout le terrain tout seul ! Mais on ne se doutait pas qu'il allait partir à 19 ans à United pour cette somme-là. Déjà, on pensait qu'il allait rester plus longtemps…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant