Grâce à la météo douce, les Français font des économies de chauffage

le
0

La consommation de gaz, d'électricité et de fioul des ménages a ralenti cet hiver, alors que les températures ont été particulièrement élevées en décembre. Une bonne nouvelle pour la facture de chauffage des Français.

Après un record de chaleur atteint en décembre, l'hiver reste exceptionnellement doux. Résultat, les Français se chauffent moins. Leur consommation de gaz, d'électricité et de fioul a baissé, ce qui n'est pas sans conséquence sur leur budget. Les ménages ont ainsi considérablement réduit leur consommation d'électricité en décembre . Celle-ci a baissé de 10% par rapport au même mois l'année passée, selon Europe 1, qui s'appuie sur des chiffres de RTE, le gestionnaire du réseau électrique.

Dans le gaz, GRTgaz, filiale d'Engie et gestionnaire du réseau de transport de gaz, a aussi fait ses comptes: sur la période du 1er novembre au 16 décembre, la consommation de gaz des ménages a reculé d'environ 8 %.

Même tendance concernant le fioul. «En octobre et en novembre, on a assisté à un repli de 30 % (des achats de fioul, ndlr), mû directement par les conditions météo», déclarait récemment au Figaro ,Guillaume Bort, le président de FioulReduc.com. A noter toutefois que le 1er janvier 2016, la taxe sur les produits pétroliers a augmenté, ce qui entraîne un surcoût de 25 euros pour l'achat de 1000 litres de fioul.

Facture de chauffage individualisée

La douceur des températures a ainsi permis aux Français de réaliser de belles économies sur leur facture de chauffage. Europe 1 a calculé que, pour un foyer qui paye 1200 euros de gaz par an, la baisse de consommation des trois derniers mois représente 50 euros en moins sur la facture.

Une facture de chauffage qui fait débat aujourd'hui au sein des immeubles en copropriété. À compter du 17 février 2016, la loi relative à la transition énergétique impose au syndic d'un immeuble de mettre à l'ordre du jour de l'assemblée générale la question des travaux d'individualisation des frais de chauffage. Cette individualisation devra être en vigueur le 31 mars 2017 au plus tard. Cette mesure est imposée de manière «aberrante» et «totalement contreproductive», sera «source d'inégalités entre les occupants» d'immeubles, dénonce ce lundi l'association de défense des consommateurs CLCV. Les bailleurs sociaux réunis au sein de l'USH et l'Association des responsables de copropriété (ARC) la qualifient, quant à eux, de mesure «inutile et coûteuse» tant pour les locataires que les propriétaires.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant