Grâce à l'impression à la demande, le livre papier n'a pas dit son dernier mot

le
0
Grâce à l'impression à la demande, le livre papier n'a pas dit son dernier mot
Grâce à l'impression à la demande, le livre papier n'a pas dit son dernier mot

On dit le livre imprimé à l'agonie, bientôt supplanté par son équivalent électronique. Mais le papier n'a peut-être pas dit son dernier mot grâce à l'impression à la demande, une nouvelle technologie qui pourrait révolutionner le monde de l'édition. "Nous entrons dans une époque où l'auteur écrit le livre et où le lecteur le fait naître", explique à l'AFP Frédéric Mériot, directeur général des Presses Universitaires de France (PUF) qui ont ouvert samedi la première librairie express d'Europe.Devant lui, l'"Expresso Book Machine" (EBM), une imprimante nouvelle génération, vient de confectionner un exemplaire du livre d'Henri Bergson "Le Rire", sous les yeux d'une cliente qui avait commandé l'essai quelques minutes plus tôt.L'ouvrage en tout point identique à celui qu'on pourrait trouver dans une librairie traditionnelle est aussi vendu au même tarif, prix unique du livre oblige.Depuis une semaine, les PUF ont fait leur retour dans le coeur historique étudiant de Paris avec cet espace innovant où les lecteurs peuvent imprimer l'ouvrage de leur choix, le temps de boire un café.L'enseigne, qui édite notamment la célèbre collection des "Que sais-je", avait quitté le quartier il y a dix-sept, baissant définitivement le rideau de cette emblématique librairie de la place de la Sorbonne. "En arrivant à la tête des PUF (en mai 2014), j'ai estimé que cette ancienne et prestigieuse maison pouvait parfaitement conserver son identité tout en tirant profit de ce que le numérique pouvait lui apporter", explique Frédéric Mériot.Sceptique quant au potentiel de développement du livre numérique (l'ebook qu'on lit sur sa tablette, sa liseuse ou son ordinateur portable) le dirigeant croit beaucoup plus en "l'avenir du numérique imprimé, où toute la chaîne de fabrication est digitale jusqu'à l'impression finale, sur papier traditionnel".Selon les chiffres du Syndicat national ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant