Graber ne veut rien changer

le
0
Graber ne veut rien changer
Graber ne veut rien changer

Dans une interview accordée à L'Equipe, Don Graber, le patron de la Major Soccer League (MLS), défend son système de ligue fermée et avoue attendre encore de nombreuses franchises.

La MLS est un championnat qui se développe à vitesse grand V. Pour sa vingtième saison, vingt franchises vont se disputer la succession du Los Angeles Galaxy. Orlando et New-York sont les deux petits nouveaux, et d’ici quelques années, le championnat devrait accueillir encore plusieurs franchises, « D'ici 2020, nous espérons trois voire quatre nouvelles équipes, à savoir Atlanta, une deuxième franchise à Los Angeles et Minneapolis, en attendant Miami (la franchise de David Beckham). On peut imaginer une MLS à 28 ou 32 clubs d'ici dix ou vingt ans ». La particularité de la MLS, c’est son système de ligue fermée. Aucune promotion ni relégation entre deux divisions. Les franchises doivent payer pour participer au championnat (Montréal a payé 43 millions de dollars en 2012).

Avec la prochaine direction de la FIFA, la MLS pourrait voir l’instance du football se mêler de son système (en plus d’une ligue fermée, la saison se déroule de mars en mi-décembre). Une grosse erreur pour Don Graber, « Notre priorité est d'installer le football sur le long terme. Ce qui suppose de la stabilité financière et une capacité à fidéliser le public. Notre est le mieux adapté à nos conditions de jeu. Faire jouer les matches en février par moins 10 degrés et sur des terrains enneigés serait contre-productif. De même, introduire un système de promotions/relégations créerait de l'instabilité financière dans un marché encore immature et constituerait un sérieux risque pour la survie même de notre Championnat ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant