GPA, PMA, les vaches normandes (et leurs éleveurs) ont déjà tout essayé

le
0
GPA, PMA, les vaches normandes (et leurs éleveurs) ont déjà tout essayé
GPA, PMA, les vaches normandes (et leurs éleveurs) ont déjà tout essayé

L'alerte est tombée à 6H30 sur le smartphone de l'éleveur mais trois heures plus tard le veau n'était toujours pas né et il a fallu appeler le vétérinaire. Sans cette vigie technologique, Jules n'aurait jamais vu le jour.Insémination, sexage, échographie in utero et assistance au vélage: la procréation assistée relève de la routine à la ferme de La Fauvisière près de Saint-Lô, pour le confort des éleveurs et le succès de l'exploitation."Sans le Vel'phone, on ne se serait pas rendu compte que le travail avait commencé", constate Benoît Hulmer: à quelques mètres, couvert d'une combinaison de plastique, son frère Thierry se tient au côté d'Abeille, une Normande noire et blanche encore sonnée par la césarienne, son nouveau-né tremblant dans la paille.C'est une araignée en plastique bleu d'une quinzaine de cm équipée d'un thermomètre, placée dans l'intimité de la vache 48 heures avant le moment présumé du vélage, qui les a réveillés. Matin et soir, le système envoie un relevé de température sur leur portable. Quand le travail commence, elle est expulsée par les contractions et le choc thermique déclenche l'alerte. L'éleveur dispose alors de deux heures avant la naissance et son éventuelle intervention. Inutile de se lever en pleine nuit."L'innovation, ça assouplit les contraintes du quotidien. Mais c'est aussi une sécurité", note Thierry Hulmer. - Big Brother chez les vaches - Dans cette exploitation de la Manche, ils sont trois avec leur salarié Luc à gérer 180 vaches et une production annuelle de 950.000 litres de lait. A l'aise en bottes de caoutchouc, les deux frères sont en réalité des "geeks" qui ne lâchent jamais leurs écrans de téléphone et d'ordinateur. Car ce sont eux qui les renseignent sur l'état du troupeau.C'est Big Brother chez les vaches. Le collier autour de leur cou, qui enregistre lors de la traite leur production de lait et ajuste leur ration alimentaire, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant