GP des Etats-Unis : Dix-huit voitures au départ, une première depuis 2005

le
0
GP des Etats-Unis : Dix-huit voitures au départ, une première depuis 2005
GP des Etats-Unis : Dix-huit voitures au départ, une première depuis 2005
Alors que Marussia et Caterham ont officialisé leur absence à l'occasion du Grand Prix des Etats-Unis, le week-end prochain à Austin, il n'y aura que 18 voitures sur la grille de départ. Près de dix ans qu'on n'avait pas vu un nombre aussi réduit de monoplaces.

Il y a trois saisons de cela, il y avait 24 monoplaces au départ d'un Grand Prix de Formule 1. C'était lorsque la FIA avait ouvert la porte de la discipline reine du sport automobile à trois nouvelles écuries : Lotus Racing (aujourd'hui Caterham), Virgin Racing (aujourd'hui Marussia) et HRT, qui a fait faillite au terme de la saison 2012. Avec l'officialisation de l'absence pour raisons financières des écuries Marussia et Caterham, le plateau présent au départ du Grand Prix des Etats-Unis, ce dimanche à Austin, sera réduit à dix-huit monoplaces. Cela fait près de dix ans qu'on n'avait pas vu un nombre aussi réduit de monoplaces au départ d'un Grand Prix.

Six monoplaces au départ en 2005 à Indianapolis

Cela remonte à la saison 2005. Lors du Grand Prix de Saint-Marin, les BAR-Honda (écurie que l'on connait aujourd'hui sous le nom de... Mercedes) ont été déclarées non conformes au règlement en raison d'un poids non conforme en raison d'un système de double réservoir, qui était totalement interdit. La FIA avait frappé fort à l'époque avec une suspension pour deux Grands Prix, Espagne puis Monaco, de BAR-Honda. Avec ces deux monoplaces en moins, il n'y avait que dix-huit pilotes au départ de ces deux courses. Mais 2005 a aussi vu un des Grands Prix les plus bizarre jamais vu. En effet, en raison de pneus Michelin inadaptés au tracé d'Indianapolis, et principalement au virage relevé tiré de l'oval, sept des dix écuries se sont retirées au terme du tour de chauffe. Sous les huées du public, seules six monoplaces prennent le départ : les deux Ferrari, les deux Jordan (Force India aujourd'hui) et les deux Minardi (Toro Rosso aujourd'hui). Ce jour-là, Michael Schumacher s'impose devant Rubens Barrichello, les deux Jordan terminant à un tour et les deux Minardi à deux tours de ce qui restera une parodie grotesque de Grand Prix.

Trois monoplaces par écurie ?

Le règlement sportif de la F1 est très clair. Dès lors que le plateau descend en-dessous de la barre des vingt monoplaces, la FIA peut imposer à plusieurs écuries d'engager sous certaines conditions une troisième monoplace pour atteindre ce nombre de vingt partants. Bernie Ecclestone est tout à fait conscient de cette possibilité mais cela ne fait pas l'unanimité au sein des écuries encore présentes. En effet, qui dit une troisième voiture, dit des coûts supplémentaires imprévus. Et se posent aussi les questions d'ordre pratiques : cette troisième voiture compte-t-elle pour le championnat ? Qui mettre au volant de cette voiture ? Bref, imposer du jour au lendemain aux écuries d'engager une troisième monoplace n'est pas quelque chose de sérieux. Et Eric Boullier, patron de l'écurie McLaren, avait été clair, il faudra au moins six mois de préavis avant que les écuries ne soient prêtes à aligner trois voitures. Si Caterham et Marussia ne reviennent pas la saison prochaine, la question d'écuries à trois voitures se posera encore...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant