GP d'Abou Dhabi: une saison 2016 de Formule 1 en 5 actes

le
0
L'Allemand Nico Rosberg et son coéquipier britannique Lewis Hamilton, le 24 novembre 2016 à Abou Dhabi ( AFP / ANDREJ ISAKOVIC )
L'Allemand Nico Rosberg et son coéquipier britannique Lewis Hamilton, le 24 novembre 2016 à Abou Dhabi ( AFP / ANDREJ ISAKOVIC )

La saison 2016 de Formule 1, qui se terminera dimanche soir à Abou Dhabi par une 21e manche très incertaine, est la plus longue de toute l'histoire de la F1, depuis 1950, et peut se résumer en cinq actes:

Acte 1 - La ballade de Rosberg

Le rideau de cette 67e édition du Championnat du monde de F1 se lève fin mars en Australie. Jusqu'au GP de Russie début mai, Nico Rosberg (Mercedes) réalise un cavalier seul: il remporte les quatre premières courses, raflant l'intégralité des 100 points mis en jeu. Pendant ce temps, Hamilton, qui avait déjà terminé en roue libre la saison précédente, auréolé de son 3e titre mondial, connaît des problèmes à répétition. Bilan provisoire: 43 points d'avance pour l'Allemand, gonflé à bloc par sept victoires d'affilée, à cheval sur 2015 et 2016.

Début mai (avant le GP d'Espagne): Rosberg 100 - Hamilton 57

Acte 2 - Le retour à l'équilibre

Après les étapes "exotiques", le grand cirque de la F1 revient sur le vieux continent pour deux mois avec des étapes en Espagne et Monaco, un crochet par le Canada, puis le GP d’Europe à Bakou, en Azerbaïdjan, véritable nouveauté de la saison.

La série de Rosberg s'arrête brutalement en Espagne, quand les deux Flèches d'Argent s'accrochent au premier tour: zéro pointé pour les deux rivaux et victoire du jeune Néerlandais de Red Bull, Max Verstappen, alors âgé de 18 ans. C'est le plus jeune vainqueur depuis 1950 (création du championnat du monde). Puis c'est le retour à un certain équilibre, avec deux victoires d'Hamilton (Monaco, Canada) qui comble un peu son retard, contre une seule pour Rosberg (Bakou), face à un Hamilton hors du coup. Le suspense plane à nouveau, la saison est relancée.

Fin juin (après le GP d'Europe): Rosberg 141 - Hamilton 117

Acte 3 - Hamilton impérial

Juillet ressemble à une promenade de santé pour Hamilton, qui a compris qu'il n'avait plus le droit à l'erreur. Il réalise un carton plein (100 points), comme Rosberg en début de saison, grâce à quatre victoires en Autriche, Grande-Bretagne, Hongrie et en Allemagne. Il prend pour la première fois la tête du championnat des pilotes et Rosberg a vraiment besoin de vacances car il a aussi été pénalisé deux fois de dix secondes (Spielberg, Silverstone) pour son comportement en course.

Fin juillet (après le GP d'Allemagne): Hamilton 217 - Rosberg 198

Acte 4 - Rosberg revient plein pot

Piqué au vif, l'Allemand se ressaisit et s'impose à quatre reprises sur cinq GP, dont trois victoires d'affilée en Belgique, en Italie et à Singapour. Il reprend la tête de la course au titre et conforte son avance en s'imposant ensuite au Japon. Après Verstappen, l'autre invité surprise est l'Australien Daniel Ricciardo, l'autre pilote Red Bull: il gagne en Malaisie car Hamilton, qui avait course gagnée, doit abandonner, moteur en feu. A quatre courses de la fin de cette saison de yo-yo planétaire, Rosberg compte 33 points d'avance sur son rival.Certains pensent que c'est fini pour Hamilton, pas lui.

Début octobre (après le GP du Japon): Rosberg 313 - Hamilton 280

Acte 5 - Hamilton revient encore...

Rosberg-Hamilton, une saison de rivalité
Rosberg-Hamilton, une saison de rivalité ( AFP/Archives / Sébastien CASTERAN )

Alors que certains le croyaient perdu et démotivé, le triple champion du monde revient dans le jeu en signant trois succès d'affilée sur le continent américain, d'abord au Nord (Etats-Unis, Mexique) puis au Sud (Brésil), sur les terres d'Ayrton Senna, son idole de jeunesse. Au passage, il dépasse Alain Prost au nombre de victoires (52), qui compte encore un titre mondial de plus que lui, et remet un gros coup de pression sur Rosberg: de 33 points, l'écart revient à 12 points avant la grande finale d'Abou Dhabi. Dernière balle de match pour Rosberg qui est maître de son destin: s'il gagne et/ou termine devant Hamilton, il sera champion du monde dimanche soir, comme son père Keke en 1982.

Fin novembre (avant le GP d'Abou Dhabi): Rosberg 367 - Hamilton 355

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant