Gouvernement Valls II : Vallaud-Belkacem ne veut «pas de polémique inutile»

le
5
Gouvernement Valls II : Vallaud-Belkacem ne veut «pas de polémique inutile»
Gouvernement Valls II : Vallaud-Belkacem ne veut «pas de polémique inutile»

A peine nommée, déjà critiquée. Najat Vallaud-Belkacem, la nouvelle ministre de l'Education, s'est défendue, ce mercredi matin sur France info, face aux attaques dont elle est l'objet depuis mardi soir. Il lui est notamment reproché d'avoir défendu une théorie du genre à l'occasion de la mise en place des ABCD de l'égalité à l'école. Ces ABCD n'ont finalement pas été généralisés, mais remplacés par une action pour l'égalité entre les filles et les garçons. «Elle doit lever certaines ambiguïtés immédiatement», a ainsi déclaré ce mercredi matin le secrétaire général par intérim de l'UMP, Luc Chatel, également ancien ministre de l'Education.

«La polémique inutile n'a pas sa place.» Répondant aux critiques sur la théorie du genre, Najat Vallaud-Belkacem estime que sa responsabilité « est de faire en sorte que les Français aient confiance en l'école, que les Français sachent que c'est l'outil numéro 1 dans l'équation républicaine, que leurs enfants y apprendront des valeurs, dont l'égalité entre les filles et les garçons». «La polémique inutile n'a pas sa place», ajoute-t-elle.

VIDEO. Najat Vallaud-Belkacem : «La polémique inutile n'a pas sa place.»

«Dans la continuité de Peillon et d'Hamon.» La nouvelle ministre de l'Education veut s'inscrire «dans la continuité de Vincent Peillon et de Benoît Hamon», ses prédécesseurs au poste depuis l'élection de François Hollande. «On a besoin de stabilité et de continuité pour que les gens y voient clair», explique-t-elle. Relancée alors sur l'utilité d'avoir remplacé Benoît Hamon, elle marque un temps d'hésitation et affirme que «les circonstances du départ de Benoît Hamon ne dépendent pas de moi, mais je pense qu'il a fait du bon travail».

«Mettre en oeuvre la politique du président.» Alors que Najat Vallaud-Belkacem prend en charge un troisième ministère en deux ans, elle explique avoir «le sens du devoir». «Je rejoins ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Gary.83 le mercredi 27 aout 2014 à 12:17

    on va vite voir ce qu'en pense les enseignants! enfin faire mieux que Hamon c'est pas très compliqué ! aujourd'hui des illettrés incultes réussissent au bac,puis ils vont gonfler les parkings à chômage que sont les facultés !

  • M9244933 le mercredi 27 aout 2014 à 11:00

    Rien contre des jeunes qui progressent, mais c'est un choix curieux que de confier le Mammouth syndiqué et ses 63 Mds€ (!!) de budget à une personne de 37 ans sans expérience significative en rapport avec un poste de cette importance. Mais bon, on savait déjà que la compétence n'est pas le critère principal des nominations.

  • dhote le mercredi 27 aout 2014 à 10:29

    Elle va faire profiter l'école de sa riche expérience, elle pourra enseigner la poudre aux yeux et la langue de bois.

  • LeRaleur le mercredi 27 aout 2014 à 10:25

    Belkacem, le pire que la France pouvait avoir comme ministre de l'école.

  • benoitdh le mercredi 27 aout 2014 à 10:23

    Poudre aux yeux et poursuite de la dégradation de l'enseignement si le mot a encore un sens en France.