Gouvernement : pourquoi Valls ne valsera pas

le
8
Gouvernement : pourquoi Valls ne valsera pas
Gouvernement : pourquoi Valls ne valsera pas

Marine Le Pen voulait que « Valls valse ». Or il est là jusqu'en 2017, et il veut que ça se sache ! Au lendemain de la claque des départementales, Manuel Valls a entendu la petite musique qui, dans son propre camp, lui prêtait une espérance de vie réduite à Matignon. « Il n'ira pas au-delà des régionales de décembre, il est devenu repoussoir pour la gauche ! » lâchait un conseiller de l'exécutif, étrillant « Manuel la terreur, le fossoyeur de la gauche ». Alors il tient à mettre les points sur les i. « Lui (NDLR : François Hollande) et moi, nous sommes là jusqu'en 2017 », confie-t-il à ses visiteurs, fort de la confiance que le président lui a renouvelée avant les départementales. Mi-juillet, Hollande confiait déjà qu'il comptait prolonger son bail à Matignon jusqu'à la fin du quinquennat. Ces derniers temps, on a pourtant dit Valls fatigué, tendu, amaigri. Le contrecoup des attentats de janvier, plus que la campagne menée tambour battant, dit-il. Mais certainement pas l'enfer de Matignon. Il répète : il restera jusqu'au bout.

Certains, cependant, voient en lui un obstacle au rassemblement de la gauche, devenu l'obsession du président pour sa candidature en 2017. Ils omettent un détail : leurs intérêts ne sont pas si divergents qu'on le croit. Valls rassure les électeurs du centre que le chef de l'Etat ne désespère pas de ramener à lui, convaincu qu'un Nicolas Sarkozy trop droitier les rebutera.

«Pas mieux que Valls en magasin»

« Sarko fait du Buisson. Mais c'est comme le Mont d'Or, ça sent fort et c'est tout mou ! » raille un ministre. « Hollande n'a pas mieux que Valls en magasin », relativise un fidèle hollandais qui suspecte toujours l'ambitieux Premier ministre de ne pas avoir renoncé à briguer l'Elysée dans deux ans. « Si François est réélu, il fera quoi ? Du macramé ? » abonde un autre. Valls, lui, décrit un couple exécutif plus soudé que jamais depuis l'épreuve des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 7 avr 2015 à 10:52

    Français vous êtes prévenus, vous les avez jusqu'en 2017 quoique disent les urnes à ces buuurnes. Donc révolution ou immense rassemblement à Paris contre le pouvoir.

  • M156470 le mardi 7 avr 2015 à 09:58

    Une petite dernière pour la censure : Good Bye !

  • M156470 le mardi 7 avr 2015 à 09:52

    Finalement, Sllav, j'te garde car tu viens d'me filer un bon tuyau. Je cours à Billancourt pour voir s'il reste des soldes !!!

  • M156470 le mardi 7 avr 2015 à 09:51

    Où l'as-tu acheté ton imper, Sllav ? "Chez Renault" lorsqu'ils étaient encore à Billancourt !"...

  • M156470 le mardi 7 avr 2015 à 09:49

    Le mou contemple l'imper de Sllav, n'a-t-il plus les moyens de s'en faire payer un ??? Les caisses de l'Etat sont si à plat ???

  • M931269 le mardi 7 avr 2015 à 09:17

    Oui "tropfort" mais Walls a les pieds et poings liés par le Normal 1er ainsi que Macron qui ne fera pas de politique libérale , le but étant de rassembler la gauche avant les Régionnales pour éviter une nouvelle CLAQUE aux éléctions !Donc rien de concret avec aucun résultat positif , nous sommes d'accord ...si ce n'est la conjoncture qui devrait s'améliorer ( baisse du pétrole et de l'euro ....).On sait maintenant a quoi s'attendre

  • JOG58 le mardi 7 avr 2015 à 09:15

    restera si les français ne le jette pas dehors a coups de pieds dans l'arrière train. Aussi nul que son chef, mais un peu plus ténu. Une bonne descente dans la rue et ce petit plaisantin est viré.

  • tropfort le mardi 7 avr 2015 à 07:53

    Assurément le moins pire de cette gauche incapable de générer le moindre résultat positif.