Gouvernement : les confidences africaines de Manuel Valls

le
1
Gouvernement : les confidences africaines de Manuel Valls
Gouvernement : les confidences africaines de Manuel Valls

« Concentré » : le mot revient dans la bouche de tous ses amis. Dans la tempête qui agite l'exécutif, Manuel Valls sait que les projecteurs sont braqués sur lui. Premier ministre? Alors que des voix s'élèvent jusqu'au PS en faveur d'un remaniement, le ministre le plus populaire se tient prêt à toute éventualité : rester cinq ans à Beauvau ou s'installer à Matignon si François Hollande juge un jour qu'il est l'homme de la situation. Dans ce faux plat, le ministre de l'Intérieur, en visite en Afrique de l'Ouest, assure « garder la tête froide » face à ce destin qui ne lui appartient plus forcément.

Matignon, possible horizon

Il est bien placé pour savoir que le job est « dur », « compliqué » et qu'on y « prend des coups » : il a travaillé avec deux Premiers ministres, Michel Rocard et Lionel Jospin. Cet ambitieux revendiqué en a-t-il tant envie au fond? Pourquoi s'abîmer dans l'enfer de Matignon? « Je ne pense pas qu'il ait envie tout de suite. Est-ce que c'est son intérêt? » relève un ami. « Si on lui demande, bien sûr qu'il ira! Ça ne se refuse pas », nuance un autre. « Je n'ai aucune envie particulière, élude Valls dans un canapé de la résidence de France à Dakar. Ma mission de ministre de l'Intérieur est passionnante et mérite de s'inscrire sur la durée. » Il ajoute aussitôt : « Et c'est le genre d'envie qui dépend du président. » Car il n'est pas seul sur la liste des bookmakers. Il y a aussi Martine Aubry, qu'il n'adore pas. « Je n'y crois pas, écarte un ami du premier flic de France. Ce serait une défaite pour Hollande de la nommer après l'avoir vaincue à la primaire socialiste. »

Cinq ans à Beauvau?

S'il le faut, Valls jure qu'il ne le vivrait pas comme « une brimade ». Il croise les doigts : il n'a pas connu de gros coup dur, mais « on peut toujours se planter ». Reste qu'en cas de remaniement, sa popularité (71% selon BVA ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101264 le lundi 18 nov 2013 à 13:19

    ah ah ! ils veulent mettre Valls comme premier ministre ou même Aubry, c'est la totale, fuyez de ce pays malheureux !