Gouvernance de l'internet: l'Icann défend sa "transparence", prépare son changement de statut

le
0
Gouvernance de l'internet: l'Icann défend sa "transparence", prépare son changement de statut
Gouvernance de l'internet: l'Icann défend sa "transparence", prépare son changement de statut

Fadi Chehadé, le président de l'Icann, régulateur mondial des noms de domaines internet, a défendu lundi la "transparence" de l'organisme, qui s'achemine vers un changement de gouvernance et de statut en raison des critiques internationales sur sa tutelle américaine.L'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) - qui tient à Londres du 22 au 26 juin son cinquantième sommet en présence de plus de 3.000 représentants de gouvernements et d'institutions - est une société de droit californien et est de fait placée sous le contrôle du département du commerce américain.Depuis des années, la question de la gouvernance technique de l'internet devenant de plus en plus stratégique et sensible, de nombreux pays exigent une gouvernance moins opaque et plus participative de l'organisation, voire même qu'elle soit placée sous l'égide de l'ONU.En mars, les Etats-Unis ont fini par ouvrir la porte à un passage de relais à une "communauté internationale" pour la gouvernance de l'Icann, en vue d'une transition vers un nouveau statut en 2015. "Mais le gouvernement américain a fixé comme condition que le relais ne soit pas pris par une instance contrôlée ou dominée par un gouvernement", a rappelé il y a quelques jours à l'AFP Fadi Chehadé, le président de l'Icann.Lundi, lors de son discours inaugural à Londres, M. Chehadé a estimé que cette transition allait permettre de mettre en place "la prochaine version de l'Icann, qui le verra complètement indépendant, et uniquement dépendant de ses membres et d'un modèle multi-partite. C'est une phase importante, et nous ne sommes qu'au milieu du chemin", a-t-il jugé. M. Chehadé a souligné qu'il fallait tout d'abord mettre en place "une feuille de route, des mécanismes et une méthodologie" pour le processus en lui-même.Certes, la transition "sera discutée lors de la réunion de Londres", mais M. Chehadé rappelle aussi que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant