Gouvernance d'internet : les Etats-Unis sur la sellette après l'affaire Snowden

le
0
Gouvernance d'internet : les Etats-Unis sur la sellette après l'affaire Snowden
Gouvernance d'internet : les Etats-Unis sur la sellette après l'affaire Snowden

Après l'onde de choc du scandale des écoutes de la NSA, le sommet international NETmundial de Sao Paulo a été l'occasion mercredi de pointer du doigt l'hégémonie américaine sur la gouvernance de l'internet.Dès l'ouverture des débats, la présidente brésilienne Dilma Rousseff a affirmé qu'"aucun pays ne doit avoir plus de poids que les autres" dans la gestion de la Toile.Cette gouvernance "doit être multipartite, transparente et ouverte à tous. Nous voulons vraiment avoir des relations qui soient plus démocratiques", a martelé Mme Rousseff devant les représentants de plus de 80 pays réunis pour deux jours dans la capitale économique du Brésil.Le sommet NETmundial est censé poser les jalons d'une gouvernance mondiale appelée de ses voeux par Mme Rousseff devant l'ONU en septembre 2013.Gouvernements, universitaires, instituts techniques, acteurs privés et ONG doivent s'accorder sur des principes généraux et sur une feuille de route définissant des objectifs pour le futur du réseau qui vient de fêter ses 25 ans. "Notre idée n'est pas de remplacer ce qui existe, mais de créer une nouvelle base pour ce débat", a souligné la présidente brésilienne.A l'été 2013, les révélations d'Edward Snowden, ex-consultant de l'Agence américaine de sécurité (NSA), sur les écoutes des communications de la présidence brésilienne avaient déclenché l'ire de Brasilia. - 'La confiance a été détruite' - "La confiance a été détruite (...) Nous devons connaître les règles du jeu et nous y plier", a plaidé à l'ouverture du NETmundial Nenna Nwakanma, de l'institut Web Fondation. "Il faut passer d'un système vampirisé par un seul acteur à un processus ouvert et participatif"."Notre grand défi est d'inventer un modèle inclusif, juste, qui refuse les oligarchies et la concentration des pouvoirs", a estimé de son côté Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat française chargée du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant