Gourvennec regrette la naïveté de son équipe

le
0
Gourvennec regrette la naïveté de son équipe
Gourvennec regrette la naïveté de son équipe
Après l'humiliation de vendredi soir au Parc des Princes (6-0), Jocelyn Gourvennec a livré de nombreuses raisons à cette déroute. Mais pour l'entraîneur guingampais, son équipe a surtout fait preuve d'une grande naïveté.

Jocelyn Gourvennec, comment expliquez-vous ce naufrage de votre équipe face au PSG ?
On en a pris six parce que Paris a joué à un très, très haut niveau, avec 90% de passes réussies, c'est énorme. Vous allez me dire qu'on ne les a peut-être pas beaucoup gênés, certes. Ils ont marqué très vite et cela a lancé leur match. Quand une équipe moyenne de L1, comme nous, pas dans un grand jour, joue contre un Paris comme ça, cela fait une grosse différence de score.

Est-ce la seule raison de cette déroute ?
Non, on a aussi été très naïfs sur le premier but, sur le deuxième, en début de seconde période mais aussi sur le ballon lobé qui amène le cinquième but. Ils ont le niveau pour dominer la Ligue 1 comme ils le faisaient l'année dernière, ce qui n'était pas le cas en début de saison. On avait réussi à faire l'exploit à l'aller, on aurait voulu les accrocher mais pour cela il ne faut pas prendre de but d'entrée.

Quel est votre sentiment après cette lourde gifle ?
C'est un score qui est difficile à avaler. Quand on prépare des matches comme ça, on veut bien figurer et poser des problèmes à l'adversaire, mais ça a été un match entre une grande équipe et une équipe moyenne de Ligue 1. Avec une adresse insolente des Parisiens. Ils nous ont fait courir, ont été très efficaces, nous ont asphyxiés à la récupération. Pour espérer quelque chose dans ce genre de matches, il ne faut pas prendre de buts rapidement. Ils ont joué à un très haut niveau et nous, on a fait preuve d'une grande naïveté et on n'a pas pu garder le ballon. C'est une grande claque.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant