Gourcuff, Lacazette, Nkoulou... Aulas se livre

le
0
Gourcuff, Lacazette, Nkoulou... Aulas se livre
Gourcuff, Lacazette, Nkoulou... Aulas se livre

Invité de RMC mercredi soir quelques heures après les prolongations d'Anthony Lopes, Corentin Tolisso et Nabil Fekir, Jean-Michel Aulas a commenté toute l'actualité de l'OL. Le président lyonnais a fait un point complet sur les cas Alexandre Lacazette, Nicolas Nkoulou et Yoann Gourcuff.

Les prolongations de Lopes, Tolisso et Fekir

C’est une formidable journée pour le club car ces garçons sont des garçons de talent qui intègrent tous leur sélection nationale en vue de l’Euro 2016. Qu’ils soient français ou portugais, ils ont été formés à l’académie de Lyon et on a vécu une saison performante dans un contexte où on n’était pas attendu avec eux. Je suis très heureux au sens affectif du terme.

Des offres pour les joueurs prolongés ?

Je n’ai pas l’habitude de commenter ces dossiers. Ce qui est passé est passé. L’important est qu’ils aient voulu s’engager tous les trois jusqu'en 2020. Sur le reste, ce sont des joueurs qui, à mon avis, n’ont pas trop hésité. Ils sont très bien à Lyon et ils savent que c’est un grand club. Je veux des joueurs heureux et le fait de voir partir en stage des joueurs heureux, c’est très important.

Des gros efforts sur le plan salarial

On a essayé de leur donner satisfaction dans les proportions que mérite leur talent et vis-à-vis du marché. Il faut trouver le bon compromis avec un marché fait de distorsions. Le marché anglais est bien sûr au-dessus du marché français. Il aurait été pas très cohérent d’avoir l’infrastructure avec l’arrivée du Grand Stade et pas les bons acteurs à l’intérieur. On fait ça pour qu’ils se sentent bien. Il y a des choses sur lesquels on n’a pas dit oui. Quand on fait plaisir à des joueurs qui font partie de la famille, on est contents même si ça coûte un peu cher.

Un bon début de Mercato

On avait fait resigner Clément Grenier. On voit bien qu’il y a une volonté de garder cette équipe intacte. Je savais que certains étaient sceptiques mais, quand j’explique les choses, c’est dans une logique économique et sportive donc il n’y avait pas de raison de ne pas y arriver. Ces joueurs sont fidèles au club. C’est un bon début de Mercato, on a aussi Jérémy Morel et Claudio (Beauvue) qui nous ont rejoint. L’équipe prend forme pour être au moins ainsi forte que l’année dernière.

Mandanda, vrai dossier ou moyen de pression ?

C’était un dossier effectif. Quand on négocie, il faut avoir un plan A et c’était Anthony (Lopes), il le sait. C’est un très bon gardien mais aussi un très bon garçon. Avant les matchs ou à la pause, je suis à ses côtés car il est situé à l’entrée du vestiaire. Il y a des regards qui ne trompent pas. Mais, il lui restait un an de contrat. Ou il prolongeait ou il fallait trouver une solution. Pour se rapprocher Paris, on ne peut pas s’imaginer que le deuxième gardien français ne nous intéresse pas. Mandanda est vraiment quelqu’un de très intéressant. Il devait partir si j’ai bien compris des dirigeants marseillais et on ne pouvait pas ne pas le louper. C’était le plan B.

Le point sur le dossier Lacazette

Bien évidemment Alexandre est la pièce maîtresse avec Nabil (Fekir) en attaque, Clinton (Njie) fait des progrès extraordinaires et Claudio (Beauvue) vient d’arriver. On a un quatuor magique maintenant. Alexandre est un cadre de l’équipe. Il faut qu’on ait un Alexandre heureux. On a déjà fait des propositions extrêmement valorisantes. On sait aussi que l’Euro va se dérouler dans un an. Je vais le rencontrer à son retour de Crans Montana (Suisse) pour trouver la solution. La discussion avec ses agents n’est pas satisfaisante et ne correspond pas à l’esprit de famille. Comment discuter avec efficacité avec des intermédiaires ? Il faut qu’on puisse se voir. Je verrai Alexandre à son retour dans une dizaine de jours. Je n’imagine pas qu’on ne trouve pas de solution d’ici. Il sera quoi qu’il arrive là la saison prochaine. Lacazette sera là à plus de 100%.

Nkoulou, dossier clos ?

Il faut poser la question à Marseille. Mais j’ai prolongé notre offre. Le retour de Bielsa est un signe qui va nous permettre d’avancer. C’est lui qui a les clés de la solution : soit on garde un joueur et il arrive en fin de contrat, soit on regarde la proposition qui est entre 8 M€ et 10 M€ pour que Nicolas joue la Ligue des Champions cette saison. Il faut qu’il y ait une solidarité nationale. L’OM ne jouera pas la Ligue des Champions alors que l’OL si. Aujourd’hui, on est repassé devant alors qu’on était derrière Marseille. Il y a eu une orientation du côté Marseille d’investir sur les joueurs. Nous, on a investi sur les infrastructures. Je reste optimiste. J’aime beaucoup Nicolas qui a une forte personnalité.

Quel bilan pour Gourcuff ?

Il y a eu des bons moments, très rares. Il y en a eu beaucoup plus de difficiles. J’ai joué le rôle du président qui investit qui croit en le footballeur. C’est un constat d’échec sur la performance sportive mais aussi sur l’analyse de la relation. Cette relation n’a souvent été que dans un sens. Je suis un peu frustré, j’ai soutenu toutes mes forces un garçon. On n’a pas retrouvé cette confiance en fin de saison. Probablement, je n’ai pas géré comme il l’aurait souhaité. C’est un échec personnel et relationnel mais pas économique. On s’en sort par le haut en se qualifiant pour la Ligue des Champions. Je serai pondéré car, pendant longtemps, Tiburce Darou était son préparateur. Il vient de décéder. Je ne vais pas rajouter à ces moments humains très difficiles des mots sur la relation avec Yoann. Mes frustrations en disent peut-être plus que des attaques qui n’auraient pas lieu d’être.

Propos recueillis sur RMC

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant