Gourcuff, l'homme qui marche seul

le
0
Gourcuff, l'homme qui marche seul
Gourcuff, l'homme qui marche seul

Auteur d'une sortie remarquée, ce samedi, face à Nice, Yoann Gourcuff aura, encore une fois, plus marqué les esprits par une énième blessure que par son talent. Avec en point d'orgue, son auto-remplacement. Une folie.

La scène est incroyable. Face à Nice, ce week-end, peu après le retour des vestiaires, Yoann Gourcuff boitille après une frappe qui s'est envolée dans les tribunes de Gerland. Visiblement blessé, le milieu de terrain lyonnais ne fait pourtant pas venir les soigneurs. Il continue à marcher, seul, sans un mot, avant de rentrer dans le tunnel direction les vestiaires. Sur son passage, Nabil Fekir et Hubert Fournier tentent vainement de savoir ce qui ne va pas. Mais Yoann semble s'en foutre, il a pris sa décision, son match s'arrête là, à la 47e minute de jeu. Sur le terrain, le jeu continue et l'OL évolue à dix, dans l'incompréhension. Finalement, il faut attendre trois minutes pour voir Yattara faire son entrée sur la pelouse, à la place d'un Gourcuff déjà loin. Du jamais vu.
Un cas gênant
Yoann Gourcuff est bon. C'est un fait incontestable et, d'ailleurs, personne ne le conteste. Seulement voilà, le talent n'excuse pas tout. Loin de là, même. Surtout quand on parle d'un joueur qui, en cinq saisons à l'OL, n'a disputé que 23 matchs dans leur intégralité. Depuis son arrivée en terres lyonnaises, c'est bien simple, le garçon culmine à plus de 600 jours d'indisponibilité. Derrière tout ça, le problème qui reste insolvable est de savoir qui, entre son physique et son mental, est responsable de tout ce gâchis. En tout cas, aux yeux de tous, le joueur ne semble pas donner les signes d'un homme prêt à tout pour donner le meilleur de lui-même et inverser une situation qui lui cause du tort. En février dernier, par exemple, Maxime Gonalons, capitaine de l'OL, se livrait sur le cas Gourcuff dans les colonnes de France Football : "Ce besoin d'être à 100% pour jouer est difficile à comprendre pour l'ensemble de l'équipe".

Preuve, s'il en fallait, que l'ancien Bordelais est un cas épineux au sein même de son propre vestiaire. Au vrai, personne ne semble comprendre ce joueur qui n'a jamais paru tant isolé, comme perdu au milieu des autres, dans un monde professionnel qui ne le comprend pas. Ou qu'il ne comprend pas. S'il a besoin d'être tout le temps à 100% pour jouer, il est normal de ne le voir tâter le cuir que de temps en temps, au gré de ses envies, lorsque son corps fragile décide enfin de lui foutre la paix. Sauf que même ça, c'est difficilement compréhensible pour les autres. La douleur fait partie du quotidien d'un sportif de haut niveau et il faut la surmonter, la...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant