Gourcuff joue-t-il la montre ?

le
0
Gourcuff joue-t-il la montre ?
Gourcuff joue-t-il la montre ?

Rennes, Montpellier, Guingamp, Marseille, Monaco, Lille ou encore Watford selon le Sun... Malgré une longue liste de clubs intéressés par ses services, Yoann Gourcuff est toujours sans club à deux semaines de la fin du mercato. Le meneur de jeu joue-t-il la montre pour faire monter les enchères ?

Depuis la fin de son contrat à Lyon, Yoann Gourcuff a été imaginé un peu partout, avec une liste de prétendants chaque semaine un peu plus longue. Et pourtant, à moins de deux semaines de la fin du mercato, le meneur de jeu est toujours sans club malgré l'insistance de Rennes et Montpellier. Du côté du joueur, on a évoqué le besoin "d'être à 100% physiquement avant de s'engager dans une nouvelle équipe", ce qui, de l'extérieur, pourrait facilement paraître un prétexte en attendant l'offre idéale. "Cela paraît logique de se dire qu'il joue la montre et attend d'avoir une offre qui réponde à 100% de ses critères, mais cela ne ressemble pas forcément à la mentalité de l'homme", estime Pierre Dréossi.

Pour l'ancien directeur sportif du Stade rennais, Gourcuff ne cherche pas forcément un "plus gros club", mais "un environnement où il se sent bien humainement et important sportivement ". Une analyse que partage l'agent Christophe Hutteau, pour qui le meneur de jeu semble "trop honnête et trop droit pour se livrer à ce type de calcul ". Lui aussi agent, Franck Belhassen admet que la situation du Breton est atypique, à l'image de ce joueur "qui ne joue pas et ne pense pas comme les autres footballeurs ". Mais pour lui, la stratégie du clan Gourcuff n'est pas illogique, car " le temps joue pour lui vu qu'il est libre, et peut donc même signer après le mercato en septembre". D'autant plus que selon Pierre Dréossi, qui a vécu plus d'un mercato en Bretagne, "beaucoup de choses se passent dans la dernière semaine voire les dernières 48h du marché".

Gourcuff et l'effet tiroir


Et pour Gourcuff, l'occasion peut être "de devenir un plan B pour une très belle équipe qui aura perdu un joueur à la toute fin du mercato, ce que j'appelle l'effet tiroir ", précise Dréossi. En attendant, le joueur ne prend-il pas des risques inconsidérés en faisant une préparation individuelle et en faisant attendre ses prétendants ? "S'entraîner seul, ce n'est pas la meilleure préparation", admet Hutteau, mais selon lui, "il faudrait connaître toutes les données du problème pour comprendre sa position".

Ce que sous-entend également Dréossi : "Peut-être qu'il traîne une blessure et ne pouvait pas assumer une préparation collective…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant