Gorgelin raconte son derby

le
0
Gorgelin raconte son derby
Gorgelin raconte son derby

Le destin fait parfois bien les choses. Après avoir effectué ses grands débuts professionnels le 2 novembre contre Guingamp, suite aux blessures de Rémi Vercoutre et Anthony Lopes, Mathieu Gorgelin a connu son baptême du feu lors d'un derby à Saint-Etienne dimanche dernier. Avant d'évoquer le match en lui-même et la victoire arrachée en fin de match dans le chaudron de Geoffroy-Guichard, le troisième gardien de l'OL a expliqué les circonstances qui l'ont amené à jouer cette rencontre. « Il (ndlr : Joël Bats, l'entraîneur des gardiens) m'a appelé poulet, et dit que cela faisait un moment que je travaillais bien, il m'a rassuré (?) Quand ai-je appris que j'allais jouer le derby ? Je l'ai su la veille lors de la mise en place. En début de séance, Joël m'a plus ou moins annoncé que j'allais jouer le derby. » Dès lors, tout s'est rapidement accéléré dans la tête du jeune homme de 23 ans. Même si le temps lui a paru une éternité. « C'est surtout la journée de dimanche qui a été un peu longue jusqu'à 21h00, a-t-il confié au Progrès. On était en mise au vert à Saint-Galmier, mais on est arrivé tôt au stade, vers 19h25. D'ordinaire pour 21h00, on arrive plutôt à 19 h 45, et moi je n'ai pas l'habitude de me déplacer avec autant de voitures de police à côté? »

« Je ne crois pas que Joël pensait que ça allait déborder comme ça »

Le derby de Rhône-Alpes n'est pas pour rien le plus chaud de France. Sa première en terre stéphanoise a d'ailleurs tenu toutes ses promesses en termes d'intensité et de chaleur. L'ambiance est même montée d'un cran après l'épisode de l'écharpe attachée par Joël Bats sur l'un des buts. Un geste qui avait attisé la colère des supporters du club du Forez. S'en étaient suivis des heurts entre des fans qui avaient pénétré sur la pelouse et le personnel de sécurité. « J'étais dos à la tribune, raconte-t-il. Rémi Vercoutre a vu que je risquais de prendre deux ou trois sacs sur la tête, des sacs remplis de papiers, de quelques briquets, ça pouvait faire lourd, et il m'a fait avancer sur le terrain. Je ne me suis pas trop rendu compte de ce qui se passait. » Il fallait pourtant être bien distrait, ou très concentré, pour ne pas voir que le feu était incandescent. « Je ne crois pas que Joël pensait que ça allait déborder comme ça », ajoute-t-il pour désamorcer la polémique. Une polémique qui a quelque peu occulté le résultat de la rencontre, pourtant favorable à l'OL, victorieuse à la dernière minute (2-1).

« Je m'en souviendrais toute ma vie »

L'ancien gardien du Red Star a vu tout ça de loin. Mais cela ne l'a pas empêché de vivre le moment le plus fort de sa carrière jusqu'alors. « Je m'en souviendrais toute ma vie sauf si un traumatisme crânien me fait perdre la mémoire, explique-t-il. Je revois bien le centre de Yoann et la tête de Jimmy. De loin, j'ai vu Ruffier toucher un peu la balle, mais il était battu. Quand je suis revenu du Red Star (ndlr : il avait été prêté) il y a un an et demi, je n'aurais jamais imaginé vivre ça. C'est hallucinant d'avoir autant de retombées sur un match. » S'il sait qu'il devrait rapidement rentrer dans le rang avec le retour de Vercoutre, le natif de Ambérieu-en-Bugey ne s'en fait pas et préfère positiver. « J'ai resigné un an à l'OL une semaine avant la reprise. Je n'ai pas de plans pour la suite, Rémi Vercoutre est là, je bosse, je suis à disposition du club, prêt à dépanner. » Rémi Garde sait désormais qu'il peut compter sur lui en cas de nouveau coup dur. Ça tombe bien, l'OL a pris un abonnement du côté de l'infirmerie cette saison.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant