Gordon Ramsay, le mytho de Glasgow

le
0
Gordon Ramsay, le mytho de Glasgow
Gordon Ramsay, le mytho de Glasgow

Voilà vingt ans que le cuisinier le plus vulgaire d'outre-Manche explique à qui veut l'entendre qu'il a joué dans l'équipe première des Glasgow Rangers lorsqu'il était jeune. Passé du foot aux poêles anti-adhésives suite à un arrachement des ligaments du genou, Gordon Ramsay n'a pourtant pas laissé un souvenir impérissable du côté des Highlands. Là-bas, à vrai dire, personne ne se souvient de lui. De quoi se demander si Gordon le cuistot est vraiment très loin de Gordon le mytho.

Quand Éole souffle sa brise marine sur la surface du Loch Ness, les journées sont bien calmes pour lui. Les touristes, plus nombreux en période estivale, préfèrent par ce temps la froideur moite des maisons hantées des Highlands à la mouille marine du plan d'eau le plus célèbre d'Écosse. Le monstre, lui, peut se reposer. Lové au fond des abysses, Nessie pense. Repose sa carcasse les yeux mi-clos. S'il s'est fait surprendre à plusieurs reprises hors de l'eau ces dernières années par des étrangers venus de loin pour l'observer, c'est parce qu'il cherche une réponse. De sa légende, il connaît le fin mot, certes. Mais une autre histoire le taraude plus que tout, et son mystère commence à lui faire de l'ombre. Un mythe plus captivant que le sien ? Impossible. Pourtant, elle constitue pour lui la seule raison valable de passer sa tête à travers le drapé bleu de la surface du Loch Ness tous les quinze de l'an, tentant de capter les échos des voix des passants. Gordon Ramsay, le cuiseur de patates le plus injurieux du pays et star de Cauchemar en cuisine, raconte à qui veut l'entendre qu'il aurait joué pour les Glasgow Rangers lorsqu'il était jeune. "J'étais en équipe première. J'ai joué trois matchs", ajoute-t-il souvent. Problème, le coach de l'époque n'a jamais entendu parler de lui. Nessie, elle, connaît presque toute l'histoire.

Sa première pièce montée


Ouvrir un premier restaurant, c'est choisir son onze titulaire. Il y a les plats sur la carte, le chef en cuisine, les mets surgelés et les hommes de ménage qui nettoient dans l'ombre. Alors au moment de présenter à Londres son restaurant "Aubergine" en 1993, Gordon Ramsay est bien conscient de l'importance de son plan de communication. Pour se faire un peu de pub, le grand blond au langage peu châtié annonce tout de go qu'il a joué trois ans aux Rangers entre 15 et 18 ans avant d'être viré pour une blessure au genou. Sous le auvent tiré de sa brasserie deux étoiles, les sourcils se froncent. Les yeux des invités pivotent lentement vers le clavier Qwerty de leur smartphones : l'information paraît étrange. Robert McElroy, historien spécialiste des Rangers, autrement connu pour avoir maté l'intégralité des rencontres de son équipe depuis l'année 1972, balance dans la foulée : "C'est un non-sens." Pour se justifier, Gordon ressort une photo de ses vieux cartons, où on peut effectivement…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant