Gordon : "Laurent Garnier, c'est Farid Mondragón"

le
0
Gordon : "Laurent Garnier, c'est Farid Mondragón"
Gordon : "Laurent Garnier, c'est Farid Mondragón"

Avec la sortie de Bleu Merle, Gordon replace la techno au cœur du catalogue Infiné, le label de Rone, Aufgang ou Arandel. Interview à 120 bpm entre Tony Vairelles et Kraftwerk.

Quelle est ta relation au foot ? En fait, je viens de Hénin-Beaumont, je sais pas si t'as le plaisir de connaître cette ville, c'est à côté de Lens. Donc forcément, j'ai grandi avec le RC Lens, époque Tony Vairelles et Guillaume Warmuz, tu vois. À cette époque, c'était ultra présent, les mecs, c'étaient un peu mes héros. C'est drôle parce que même à l'école, le maillot du RC Lens t'apprenait des choses, par exemple que le Pas-de-Calais avait été envahi par l'Espagne, c'est de là que vient le Sang et Or. Et en 98, c'était l'apogée : Lens champion de France, la Coupe du monde... Je me souviens d'un Jamaïque-Croatie, t'avais des Croates et des Jamaïcains à Lens, le truc improbable.
C'était une injustice, la non-sélection de Vairelles pour la Coupe du monde 98, non ? Clairement, et je pense que ça l'a un peu déprimé. Regarde, il fait du slam maintenant. Ç'aurait pu être un bon ambianceur pour le groupe : on voit comme il aime aller en boîte de nuit, et s'éclater en boîte de nuit, et éclater des gens en boîte de nuit (rires). C'est un grand fêtard, le Tony Vairelles ! Il doit être du genre à écouter Kaaris... ah non, non, Seth Guecko, le gitan !
T'écoutais quoi, toi, à ce moment ? J'étais jeune à l'époque ! Bon, j'écoutais les Daft Punk, normal. Après, des trucs de merde, je sais pas, Tryo... Mais tu le dis pas ça hein, faut que je garde une street credibility (rires) !
"Un truc acid-techno sur le coup de tête de Zidane, un peu violent"
T'as déjà mixé en même temps qu'un match important ? Non. En revanche je me souviens de la Coupe du monde avec le coup de boule de Zidane, en 2006. J'étais allé voir Erykah Badu à Bruges, et à la fin quand ils ont annoncé ça, les gens ont applaudi, on était les seuls cons dégoûtés, tout le monde était super content que la France perde, les ordures. Mais jouer, non. On pourrait mettre le match en visuel, mais je crois que le public serait un peu déconcentré. L'intérêt du visuel, c'est d'appuyer la musique, là du coup l'expérience serait un peu trop sur les visuels. Ou alors t'adaptes la musique sur le match. Mais en live c'est chaud, tu dois jouer, regarder,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant