Google soupçonné d'évasion fiscale en Italie-sources

le
0
 (Actualisé avec du contexte) 
    MILAN, 28 janvier (Reuters) - La brigade financière 
italienne soupçonne Google  GOOGL.O  d'une évasion fiscale d'un 
montant de 227 millions d'euros entre 2009 et 2013, a-t-on 
appris jeudi auprès de sources proches de l'enquête.  
    Le géant américain devrait être informé ce jeudi des 
conclusions de la brigade financière et l'affaires survient 
alors que les esprits s'échauffent en Europe sur la question de 
l'imposition des multinationales qui imputent leurs résultats 
dans les pays présentant la fiscalité la plus avantageuse. 
    La Commission européenne a précisément présenté jeudi une 
série de propositions visant à lutter contre l'évasion fiscale 
des multinationales, un plan qui pourrait permettre aux Etats 
membres de taxer les bénéfices réalisés sur leur sol même s'ils 
sont transférés ailleurs dans l'Union.  ID:nL8N15C236  
    Un porte-parole de Google a dit que le groupe respectait le 
droit fiscal dans tous les pays où il était présent et qu'il 
coopérait avec les autorités compétentes.       
    Selon les dernières données de Google, ce dernier a payé 2,2 
millions d'euros d'impôts en Italie en 2014 pour un chiffre 
d'affaires local de 54,4 millions d'euros. Les autorités 
italiennes estiment que les revenus dégagés par Google sont 
environ dix fois plus élevés.     
    Google, désormais filiale du groupe Alphabet  GOOGL.O , a 
accepté la semaine dernière de payer 130 millions de livres (172 
millions d'euros) d'arriérés, à l'issue d'un accord avec le fisc 
britannique.   
    Mais ce montant est jugé dérisoire par certains experts au 
regard des bénéfices réalisés par Google en Grande-Bretagne.  
    A ce sujet, la Commission européenne a dit qu'elle 
examinerait l'accord passé par Google avec le fisc britannique 
après avoir reçu une lettre d'un membre du Parti national 
écossais relative audit accord. 
    La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe 
Vestager a dit ce jeudi à la BBC qu'elle examinerait la 
transaction si elle recevait une plainte.   
 
 (Sara Rossi et Crispian Balmer,; Claude Chendjou pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant