Google plombé par le dollar fort mais optimiste pour le mobile et YouTube

le
0
Google plombé par le dollar fort mais optimiste pour le mobile et YouTube
Google plombé par le dollar fort mais optimiste pour le mobile et YouTube

Google, plombé par le dollar fort, n'a pas augmenté ses résultats autant qu'espéré au premier trimestre, mais a revendiqué la bonne santé de ses activités publicitaires mobiles et vidéos sur YouTube.Le géant internet américain a fait état jeudi d'une hausse de 4% pour son bénéfice net trimestriel, à 3,6 milliards de dollars, et de 12% pour son chiffre d'affaires à 17,3 milliards de dollars.Le bénéfice par action, qui sert de référence à Wall Street, a toutefois manqué de 3 cents la prévision moyenne des analystes, à 6,57 dollars, et le chiffre d'affaires est également un peu en-dessous de leurs attentes.Comme pour beaucoup d'autres multinationales américaines ayant publié leurs comptes ces derniers jours, la déception est due en grande partie à des effets de change défavorables, et notamment à l'appréciation du dollar face aux autres grandes devises qui plombe les résultats à l'international.Sans ces effets, le chiffre d'affaires a progressé ce trimestre "d'un solide 17%", a souligné le directeur financier, Patrick Pichette. - Le mobile et YouTube comme moteurs - Les recettes publicitaires, qui constituent la principale source de revenus du groupe, ont augmenté de 11% à 15,5 milliards de dollars ce trimestre. A titre de comparaison, le réseau social Facebook a vu les siennes bondir de 46% à 3,32 milliards.Google reste très dominant dans la publicité en ligne, dont il s'est encore octroyé près d'un tiers des recettes mondiales l'an dernier.Mais, selon beaucoup d'analystes, il est attaqué depuis plusieurs trimestres par Facebook dans les annonces mobiles: la part de marché du géant internet y est en effet tombée de 46% en 2013 à 38% l'an dernier, quand celle de son challenger passait de 16% à 17%, d'après des estimations de la société de recherche eMarketer.Google s'est employé jeudi à apaiser ces inquiétudes, alimentées par l'évolution des deux données surveillées par les analystes pour évaluer sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant