Google Glass : la vente suspendue dans l'attente de nouveaux modèles

le
0
Google Glass : la vente suspendue dans l'attente de nouveaux modèles
Google Glass : la vente suspendue dans l'attente de nouveaux modèles

Le géant d'internet américain Google a annoncé jeudi la suspension la semaine prochaine de la vente de son prototype de lunettes interactives «Google Glass», dont il promet toutefois de nouvelles versions dans un avenir non déterminé.

Les Google Glass sont controversées, en raison notamment de leur appareil photo et de leur caméra pouvant être déclenchés discrètement, parfois d'un simple clignement d'oeil, ce qui suscite des craintes sur la protection de la vie privée. «Le 19 janvier sera le dernier jour pour obtenir Glass en édition pour explorateur», indique un message publié sur le compte Google+ des Google Glass.

Les «explorateurs» sont le nom donné par Google aux testeurs actuels de ses prototypes, à savoir à l'heure actuelle n'importe qui prêt à payer 1 500 dollars pour l'appareil, commercialisé aux Etats-Unis sur le site dédié www.google.com/glass. «Nous fermons le programme d'explorateurs afin de pouvoir nous concentrer sur ce qui viendra ensuite», affirme le message de Google. «Vous commencerez à voir de nouvelles versions de Glass quand elles seront prêtes (pour l'instant, interdiction de regarder)», ajoute-t-il.

Une commercialisation de masse retardée

Les Google Glass, connectées à internet, répondent à des commandes vocales et parfois de simples clins d'oeil pour faire des photos et des vidéos, ou lire et envoyer des messages par exemple. Elles sont, avec les montres connectées proposées par de plus en plus de groupes électroniques et informatiques, l'un des produits les plus en vue de la nouvelle vague d'électronique «prête-à-porter» («wearables»), incorporée à des accessoires vestimentaires ou des vêtements.

Google avait semblé faire un grand pas en vue d'une commercialisation de masse en annonçant l'an dernier l'ajout à son prototype de montures normales, permettant l'utilisation de verres correcteurs ou solaires, puis un partenariat avec le groupe italien Luxottica, propriétaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant