Google France : «Le moment est peut-être venu de réformer le droit fiscal en Europe»

le
2
Google France : «Le moment est peut-être venu de réformer le droit fiscal en Europe»
Google France : «Le moment est peut-être venu de réformer le droit fiscal en Europe»

«Voilà un an que vous êtes arrivé à la tête de Google France. Quel premier bilan tirez-vous ?

La France est un pays complexe mais passionnant ! C'est un marché très important pour Google, il est dans notre Top 10, après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, mais au même niveau que l'Allemagne ou le Japon. Les Français adorent les nouvelles technologies, ils sont en avance car ils sont très connectés, comme les Anglais et les Américains. Economiquement, c'est un signe positif car plus le taux de connexion est important, plus le PIB est élevé !

Vous travaillez de plus en plus avec les entreprises en France et notamment avec les PME. C'est un axe de développement stratégique ?

Oui, car nous sommes persuadés que le digital est un moteur de croissance. Dans les pays développés, sa contribution atteint les 20 %. Mais en France, seulement 50 % des PME (petites et moyennes entreprises) utilisent Internet pour se faire connaître. Ce chiffre est relativement bas comparé aux PME britanniques qui, elles, ont adopté à 70?% le Web comme outil de travail. Il existe donc un vrai marché. Nous travaillons déjà avec 50 000 PME et voulons aller plus loin.

Les relations ont souvent été conflictuelles entre la France et Google. Avec les éditeurs, où en êtes-vous ?

Il est normal qu'à mesure que nous grandissons nous soyons au centre de débats. C'est le cas dans notre relation avec les éditeurs de presse. C'est cependant une relation qui s'améliore dans le temps, et nous sommes toujours à la recherche d'opportunités pour mieux travailler avec eux. Le Fonds Google-AIPG pour « l'innovation numérique de la presse », lancé en septembre dernier avec un capital de 60 millions d'euros sur trois ans, en est un bon exemple.

Google France a reçu une notification du fisc français qui lui reproche de déclarer une partie de ses revenus en Europe, hors de France. Que répondez-vous ?

Nous ne contournons pas la fiscalité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PHMAUVE le samedi 10 mai 2014 à 12:53

    " ce ne sont pas encore les entreprises qui font la loi. Mais le moment est venu de déformer le droit fiscal en Europe afin qu’il soit plus conciliant, plus soumis aux intérêts de l'oligarchie dominante au détriment des peuples…»

  • M4328752 le samedi 10 mai 2014 à 11:59

    ah bon ?