Google entame une tournée européenne de réunions sur le droit à l'oubli

le
0
Google entame une tournée européenne de réunions sur le droit à l'oubli
Google entame une tournée européenne de réunions sur le droit à l'oubli

Le géant américain de l'internet Google entame mardi une tournée européenne de réunions publiques sur le droit à l'oubli, le retrait de liens demandé par les internautes prescrit par la Cour européenne de Justice, que ses détracteurs qualifient d'exercice de "communication".Le moteur de recherche, submergé par quelque 1.000 demandes de retrait par jour en Europe, indique vouloir trouver par ces discussions un équilibre "entre le droit des personnes à l'oubli et le droit à l'information du public", selon une présentation sur un site dédié.Un comité de dix experts doit auditionner des personnes et organisations présélectionnées après avoir contribué au débat sur le site https://www.google.com/intl/fr/advisorycouncil.Sylvie Kauffmann, directrice de la rédaction du Monde, José-Luis Pinar, ancien directeur de l'agence espagnole de protection des données ou l'ancienne ministre allemande de la justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, sont au nombre des experts présentés par Google, qui précise qu'il ne les rémunère pas hormis un dédommagement.- Refus de la Cnil de participer aux consultations - La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a confirmé à l'AFP avoir été conviée à ces consultations et avoir décliné."La Cnil ne prend pas part à ces discussions. L'objet du tour est de faire de la communication et nous n'avons pas de raison d'être présent", a indiqué une porte-parole, tout en soulignant que l'autorité "continuait le dialogue" avec Google.Le géant américain a mis en ligne le 30 mai un formulaire accessible aux Européens pour demander la suppression de résultats de recherche, se conformant ainsi à la décision de la justice européenne, qui avait estimé que les particuliers avaient le droit de faire supprimer les liens vers des pages comportant des informations personnelles périmées ou inexactes. - Un total de 91.000 demandes en Europe - Le groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant