Google dévoile son projet fou : la livraison par drone

le
0
Google dévoile son projet fou : la livraison par drone
Google dévoile son projet fou : la livraison par drone

Google veut changer le monde. Le géant de l'Internet le clame régulièrement et le moteur de recherche, fort d'un trésor de guerre de plusieurs milliards de dollars, multiplie les projets novateurs et futuristes. Il est loin le temps des débuts, lorsqu'en'98, deux étudiants de Stanford, Sergey Brin et Larry Page, bricolaient dans leur garage californien et fondaient une société au départ baptisée «?BackRub?» (massage de dos) ! Aujourd'hui, après avoir terrassé ses concurrents sur la Toile, Google s'intéresse aussi bien aux voitures sans chauffeur qu'aux lunettes connectées au Net. Des projets développés dans le cadre d'un laboratoire, Google X, dédié aux idées iconoclastes et entouré d'un épais secret. On ne sait même pas où il se trouve, sinon que c'est quelque part sur la côte ouest des Etats-Unis.

Le patron de Google X, le non moins mystérieux Astro Teller, nous a cependant donné via vidéo-conférence une interview exclusive, la seule pour un média français et l'une des trois accordées en Europe (lire ci-dessous). Il y dévoile avec enthousiasme en avant-première les détails de son nouveau «joujou», nom de code «Wing» (aile en anglais) : un drone à décollage vertical qui, selon lui, révolutionnera la livraison à domicile, y compris dans les endroits les plus inaccessibles.

Astro Teller : «D'ici 2 ans, on pourra se faire livrer par les airs»

D'origine en partie française (son grand-père Gérard Debreu fut Prix Nobel d'économie en'83), le Britannique Astro Teller, 44 ans, dirige depuis 2010 les laboratoires de Google X, la division chargée des projets futuristes du géant de l'Internet. Ce spécialiste de l'informatique et de l'intelligence artificielle, qui a changé son prénom d'origine, Eric, nous a dévoilé ses projets, en visioconférence depuis son bureau de Mountain View, en Californie.

Google X travaille sur un nouveau projet, Wing (« aile » en anglais). ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant