Google commence à construire ses voitures sans conducteur

le
0
Google commence à construire ses voitures sans conducteur
Google commence à construire ses voitures sans conducteur

Pas de volant, ni de pédales: le géant internet américain Google a commencé à construire ses propres voitures sans conducteur, qu'il espère lancer sur les routes dans les prochaines années."Elles n'auront pas de volant, de pédale d'accélérateur ou de pédale de frein... parce qu'elles n'en ont pas besoin. Nos logiciels et nos capteurs font tout le travail", souligne Chris Urmson, responsable du projet chez Google, dans un message présentant le nouveau prototype, publié mardi soir sur le site du groupe.La petite Google Car électrique à deux places rappelle un peu la Fiat 500 ou la Smart, voire un jouet pour enfants avec son avant qui fait penser à un visage souriant. Elle appréhende ce qui l'entoure grâce à une petite tourelle munie de multiples capteurs et lasers sur son toit, et à une caméra dans le capot.Google compte fabriquer "environ une centaine" de ces prototypes. Il va commencer à en tester dès cet été de premières versions conservant encore des commandes manuelles, permettant si besoin à un conducteur de prendre le relais. Mais "si tout va bien, nous aimerions lancer un petit programme pilote ici en Californie dans les deux prochaines années", indique Chris Urmson. - Sécurité et mobilité renforcées - Google travaille depuis plusieurs années sur des projets de voitures sans chauffeur, menés souvent en parallèle avec le développement de ses services de cartographie. Il se servait toutefois jusqu'ici de véhicules existants fabriqués par des constructeurs établis comme le japonais Toyota ou l'allemand Audi (groupe Volkswagen). C'est la première fois que le groupe californien annonce son intention de produire ses propres voitures. Les prototypes seront, de l'aveu même de Chris Urmson, "très basiques".L'intérieur est "construit pour l'apprentissage, pas pour le luxe": il se limite à "deux sièges (avec des ceintures), un espace pour les affaires des passagers, des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant