Google commence à appliquer le droit à l'oubli en Europe

le
0
Google commence à appliquer le droit à l'oubli en Europe
Google commence à appliquer le droit à l'oubli en Europe

Le géant américain de l'internet Google a indiqué jeudi avoir commencé à appliquer le "droit à l'oubli" prescrit par la Cour européenne de Justice."Cette semaine, nous avons commencé à prendre des mesures concernant les demandes de suppression (de liens) que nous avons reçues", a affirmé Google dans un courriel à l'AFP."Chaque demande doit être traitée individuellement et nous travaillons aussi vite que possible pour réduire la file d'attente", a ajouté le groupe américain basé en Californie.La Cour européenne de justice avait décidé en mai que les moteurs devaient supprimer la référence aux pages périmées ou non-pertinentes concernant une personne, après la plainte d'un internaute espagnol qui voyait apparaître des liens vers un article de 1998 sur une saisie immobilière le concernant.De fait, des liens dont les internautes avaient demandé la suppression ont disparu des résultats de recherches, a indiqué à l'AFP l'agence ReputationVIP, qui évalue la notoriété sur internet."Grâce à nos algorithmes, nous avons constaté que des pages avaient été déréférencées", a expliqué jeudi le patron de l'agence Bertrand Girin, capture d'écran à l'appui. Lorsque l'on fait une recherche avec le nom d'une personne, Google ne montre plus certains résultats et appose la mention: "Certains résultats peuvent avoir été supprimés conformément à la loi européenne sur la protection des données".Autre nouveauté, Google fait figurer cette mention sur de nombreuses recherches par nom propre en Europe, y compris sur le nom de personnes qui n'ont pas demandé un retrait de résultats --ce qui évite de signaler aux internautes ceux qui auraient fait une telle démarche.Début juin, Google a mis en ligne un formulaire permettant aux internautes de demander le déréférencement de pages les concernant. Quatre jours après, le site avait déjà reçu 41.000 demandes. Google précise qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant