Google adopte la connexion sécurisée pour Gmail

le
0
Google adopte la connexion sécurisée pour Gmail
Google adopte la connexion sécurisée pour Gmail

Google a annoncé jeudi qu'il allait crypter son service de messagerie électronique, Gmail, afin notamment d'empêcher l'interception malveillante de messages. L'utilisateur bénéficiera d'une connexion sécurisée lorsqu'il enverra ou relèvera ses courriels.  «Https» s'affichera alors à la place de «http» dans la barre d'adresse du navigateur afin de garantir l'utilisation du protocole sécurisé.

Impacté par les révélations de juin dernier sur la surveillance d'internet, Google promet implicitement de protéger ses utilisateurs contre les pratiques de l'agence américaine de sécurité (NSA). Le groupe explique que les messages seront «sécurisés non seulement quand ils sont dans les serveurs de Gmail mais aussi quand ils sont en transit entre les centres de données de Google». «Nous en faisons notre priorité après les révélations de l'été dernier», affirme Google, qui a toujours nié avoir collaboré avec la NSA.

Contre les pirates, mais pas contre... Google !

Disponible de façon optionnelle depuis 2010, cette connexion sécurisée HTTPS devient ainsi le nouveau mode de connexion par défaut, quelque soit l'appareil utilisé, y compris si ce terminal se connecte à un réseau wifi public. La lecture des courriels sera en théorie réservée aux utilisateurs.

En théorie seulement, puisque la firme de Mountain View (Etats-Unis) est régulièrement accusée de scanner les e-mails des utilisateurs à des fins publicitaires. Neuf personnes ont récemment décidé de porter plainte contre Google devant la cour de San Jose, en Californie. Ils accusent le géant de l'internet de violer les lois empêchant l'interception de communications électroniques.

Ce cryptage ne protégera donc «que» des fraudeurs. Si tant est que ces derniers ne recourent pas à un logiciel malveillant (malware) ou n'obtiennent frauduleusement un mot de passe (hameçonnage ou phishing). Le HTTPS, du reste, n'est pas infaillible : en février, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant