Google à son tour dans le viseur du fisc italien

le
0
Google à son tour dans le viseur du fisc italien
Google à son tour dans le viseur du fisc italien

Après avoir conclu un accord avec Londres, Google est désormais dans le collimateur du fisc italien : Rome, qui a déjà réussi à faire plier Apple, réclame au géant de l'internet américain plus de 200 millions d'euros d'arriérés d'impôts.Une source judiciaire a expliqué à l'AFP que Google devait 200 millions d'euros d'impôts sur les royalties, ainsi que l'impôt sur le revenu des sociétés sur un montant de 100 millions d'euros non déclarés, ce qui ferait au total un peu plus de 227 millions d'impôts dus et non payés.L'impôt sur les bénéfices des sociétés, l'Ires, s'élève à 27,5% en Italie.La multinationale américaine devait être notifiée jeudi de cette demande, selon cette source judiciaire. L'enquête, qui porte sur les années 2008 à 2013 selon les médias italiens, a été ouverte par le procureur de Milan pour fraude fiscale et est conduite par la Garde des finances, la police financière italienne."Google respecte les lois en matière fiscale dans chaque pays où il opère. Nous continuons à travailler avec les autorités compétentes", a réagi une porte-parole de Google à Milan, interrogée par l'AFP.Google et d'autres multinationales américaines comme Amazon ou Facebook sont régulièrement accusées de vouloir échapper aux impôts, à la fois aux Etats-Unis et en Europe, en choisissant par exemple de s'installer dans des pays où la fiscalité leur est plus favorable. Des pratiques, selon elles, d'"optimisation fiscale".Le siège européen de Google est ainsi situé en Irlande, un des pays ayant une des fiscalités sur les bénéfices des sociétés (12,5%) parmi les plus basses de l'UE.Après une enquête du fisc britannique sur ses arrangements fiscaux, le moteur de recherches américain a accepté la semaine passée de payer 130 millions de livres (170 millions d'euros) d?arriérés d'impôts.- Somme 'dérisoire' -Mais l'accord a été critiqué au Royaume-Uni, jusque dans les rangs conservateurs, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant