Google a réglé le conflit avec Max Mosley sur la diffusion de ses ébats sexuels

le
0
Google a réglé le conflit avec Max Mosley sur la diffusion de ses ébats sexuels
Google a réglé le conflit avec Max Mosley sur la diffusion de ses ébats sexuels

Le moteur de recherche américain Google a réglé son conflit avec Max Mosley, l'ex-patron de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), qui réclamait le retrait d'images de ses ébats sadomasochistes ayant fait scandale en 2008.Le Britannique âgé de 75 ans réclamait depuis plusieurs années du groupe américain qu'il retire de son puissant moteur de recherche les images le montrant avec des femmes en tenues pouvant évoquer des uniformes nazis.Ces images avaient été diffusées en mars 2008 par le défunt tabloïd britannique News of the World et avaient suscité un énorme scandale.Certains avaient alors réclamé la démission de M. Mosley de la présidence de la FIA, instance de régulation des sports automobiles, notamment la F1. Max Mosley, président de la FIA depuis 1993, était finalement resté en fonction jusqu'en novembre 2009.Vendredi, Google et l'avocate allemande de M. Mosley, Tanja Irion, ont finalement annoncé à l'AFP le règlement du conflit "pour la grande satisfaction des deux parties", alors qu'un tribunal allemand devait statuer mardi en appel sur une demande de retrait des images proposées par le site allemand de Google.Vendredi à la mi-journée, une vidéo montrant ces ébats était toutefois toujours accessible via le moteur de recherche. - Accord 'confidentiel' - L'accord s'applique "à tous les pays", a précisé Klaas Flechsig, porte-parole de Google Allemagne. Mais aucun détail du règlement, "confidentiel" selon le porte-parole, n'a été dévoilé par les deux parties."L'accord est confidentiel. Je suis satisfait et ne souhaite pas le mettre en danger", a indiqué de son côté M. Mosley à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.En mars 2008, le magazine News of the World avait diffusé des images, filmées en caméra cachée, montrant M. Mosley se faisant dominer par cinq prostituées, s'exprimant partiellement en allemand et vêtues d'uniformes présentés par certains comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant