Goodyear : «Les syndicats n'ont qu'à racheter l'usine», lance le patron de Titan

le
26
Goodyear : «Les syndicats n'ont qu'à racheter l'usine», lance le patron de Titan
Goodyear : «Les syndicats n'ont qu'à racheter l'usine», lance le patron de Titan

L'usine de pneus Goodyear d'Amiens (Somme), qui a fermé ses portes en janvier, ne sera pas reprise par le groupe américain Titan. Si en janvier, l'équipementier s'était dit prêt à reprendre le site avec 333 emplois sur les 1 137, il vient de jeter l'éponge de façon «définitive et irrévocable». Maurice Taylor, le président de Titan, coutumier des sorties médiatiques à l'emporte-pièce, enfonce le clou, lui qui avait déjà mis le feu aux poudres en qualifiant les employés de cette usine de «soi-disant salariés» qui «ne travaillent que trois heures par jour» ou en les traitant de «mabouls» après la séquestration de deux cadres.

« On ne peut pas acheter Goodyear à cause de vos lois. On doit reprendre au minimum 652 ou 672 ouvriers, c'est impossible. Le maximum, c'est 333 car après ce n'est plus rentable. On a essayé de leur dire ça. Les gars, vous devez vous réveiller. Dites aux syndicats, s'ils sont si intelligents, ils n'ont qu'à racheter l'usine. La France est devenue un pays communiste. Quand vous tomberez aussi bas que la Russie, peut-être que vous aurez une chance de repartir... », lance-t-il dans un entretien téléphonique à France Bleu Picardie.

Désormais, 1 008 ex-salariés sont concernés par une congé de reclassement qui se termine en février 2015. Dans le même temps, il y a quelques semaines, l'inspection du travail a invalidé le licenciement des 42 élus du personnel. Parallèlement, la CGT a lancé plusieurs procédures juridiques : une action prud'homale pour invalider le motif de licenciement économique dont l'audience est fixée au 22 janvier à Amiens et une action de groupe aux Etats-Unis concernant les maladies professionnelles.

Avec la fin de cette négociation avec Titan, le DRH de Goodyear a fait savoir qu'il «fallait concentrer toute notre énergie pour trouver une solution pour chaque salarié.»

Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie a décidé de reprendre le dossier en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Fraise41 le samedi 6 déc 2014 à 10:40

    cela me rappelle la chaise de ma grand-mère mangée par les vers, elle est devenue dangereuse, elle a fini au feu avec les vers.

  • awsdf le lundi 1 déc 2014 à 23:09

    Il est un peu caricatural et pas diplomatique, mais malheureusement il a totalement raison. Les conseiller ministeriaux qui on donne ce chiffre de 652 ou 672 devraient etre oblige de mettre leurs economies dedans.

  • fbordach le samedi 29 nov 2014 à 11:49

    Ils ne peuvent plus, ils ont investis dans l'appartement et le bureau de Le Paon!

  • M2734309 le vendredi 28 nov 2014 à 16:59

    Il est plein de bon sens ce Taylor, il nous en faudrait quelques uns comme çà en France !

  • knbskin le vendredi 28 nov 2014 à 12:32

    Oh mucius, ce sera les subventions + la fermeture ! Comme d'hab'. Du temps de Lip, déjà ... :(

  • frenchto le vendredi 28 nov 2014 à 12:29

    Quand j'ai commencé à travailler comme jeune ingé, un de mes collègues de promo est allé travailler dans cet enfer d'Amiens où la CGT menaçait de mort les gens qui avaient d'autres opinions. Les ingénieurs qui ont travaillé la bas savent que cette usine aurait pu être la plus grande du groupe en Europe et que la CGT en a décidé autrement. Il va falloir se réveiller dans ce pays

  • knbskin le vendredi 28 nov 2014 à 12:25

    Ma foi ! Dans ma jeunesse, et du même tonneau, il y avait eu le (mauvais)feuilleton des montres "Lip" ! Après des années de "luttes" et de "coopératives ouvrières", "Lip" n'est plus aujourd'hui qu'une marque de montres publicitaires, rachetée par quelqu'un d'autre. Pendant ce temps, le dernier "vrai" propriétaire de "Lip", le groupe "Ebauches SA" a fait fortune : aujourd'hui, il s'appelle "Groupe Swatch" : autre pays, autres moeurs ... :(

  • benoitdh le vendredi 28 nov 2014 à 12:24

    Témoignage d'un pays soviétisé à la dérive

  • fbordach le vendredi 28 nov 2014 à 12:13

    Cool!

  • M6197799 le vendredi 28 nov 2014 à 12:03

    YAKA les mettre sur un bateau de la SNCM