Goodyear France pourrait fermer son usine d'Amiens-Nord

le
3
GOODYEAR POURRAIT FERMER SON USINE D'AMIENS-NORD
GOODYEAR POURRAIT FERMER SON USINE D'AMIENS-NORD

PARIS (Reuters) - La direction de Goodyear Dunlop France pourrait annoncer lors d'un comité central d'entreprise (CCE) le 31 janvier la fermeture, au plus tard fin 2014, de son usine d'Amiens-Nord (Somme), a-t-on appris vendredi de source gouvernementale.

Cette fermeture concerne un site où sont employés 1.250 salariés, précise Le Monde, daté de samedi, qui a révélé l'information.

Interrogée par Reuters, la direction du groupe de pneumatiques n'a pas confirmé cette information, renvoyant au CE du 31 janvier.

Mais les services du Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont dit s'attendre à cette annonce. "Nous avons été informés du risque de fermeture prochaine du site", dit-on dans son entourage.

Marc Jonet, délégué CFE-CGC, a appelé François Hollande, qui avait apporté son soutien aux salariés de Goodyear pendant sa campagne présidentielle, à intervenir pour éviter la fermeture.

"Nous souhaitons qu'il garde la main et qu'il réussisse à convaincre les uns et les autres que seule la négociation peut aboutir à la sauvegarde du site", a-t-il dit sur i>TELE.

"Sinon, nous irons vers une situation de blocage, de tribunaux en tribunaux", a-t-il ajouté.

Selon Le Monde, une réunion s'est tenue mardi à Matignon sur le sujet.

Une offre de reprise du groupe américain Titan international, qui était subordonnée à la fermeture de l'activité pneus pour véhicules de tourisme, a échoué en septembre 2012, faute d'accord entre Goodyear et la CGT sur un plan de départs volontaires.

En conséquence, la direction avait indiqué que son plan de départs volontaires sans licenciements à l'usine d'Amiens-Nord n'était plus d'actualité.

Le groupe Titan proposait de reprendre un peu plus de 500 salariés.

Gérard Bon, avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le vendredi 25 jan 2013 à 17:32

    place au chantage pour qu'il ne ferme pas ( compétitivité)

  • M4333993 le vendredi 25 jan 2013 à 17:24

    Les sociétés étrangères reconnaissent la valeur de nos ingénieurs, de nos techniciens, de nos chercheurs et les invitent à s'embaucher chez eux. Quand à leur offrir une structure de travail ici en france, ils ont bien compris que tout est fait pour les dissuader .... l'hécatombe va donc continuer

  • M6197799 le vendredi 25 jan 2013 à 16:47

    Si je comprends brin, un repreneur proposait de garder 500 salariés, ce qui n'est pas beaucoup, mais la CGT a fait tout capoter, comme d'habitude, donc il y aura 1200 chômeurs de plus. De toutes façons, l'intérêt de la CGT est qu'il y ait le plus de mécontents, c'est son seul fonds de commerce.