Gonalons baby gone

le
0
Gonalons baby gone
Gonalons baby gone

Ce lundi, Maxime Gonalons a officiellement quitté l'OL pour s'engager avec l'AS Roma pour quatre saisons. Un départ presque en catimini du club où il sera resté pendant dix-sept ans. Une triste fin alors que tout avait si bien commencé. Quel dommage.

"Ça va pas changer le monde." En 1975, l'immense Joe Dassin résumait à la perfection la fin d'un chagrin d'amour et son absence d'impact sur les choses. Deux êtres se sont aimés, ils ne s'aiment plus. C'est terminé, n'en parlons plus. Et il avait raison ce génie de Joe, la fin d'une idylle ne change rien. Ou pas grand-chose. Mais ce ne n'est pas une raison pour la bâcler. Celle de Maxime Gonalons et l'Olympique lyonnais a pris fin officiellement hier, aux alentours de 17h. L'enfant du pays s'est envolé à mille bornes de chez lui pour parapher un contrat de quatre ans en faveur de l'AS Roma. Le tout dans l'indifférence générale, comme si le milieu défensif venait de finir un vulgaire prêt de six mois dans la cité des Gones. Pourtant, à Lyon, Gonalons pèse huit saisons en pro, 334 matchs (soit le dixième joueur le plus capé de l'histoire du club) et quatre ans et demi de capitanat. Une longue et belle histoire qu'on aurait presque pensée éternelle. Né à Vénissieux, en 1989, Max ne tarde pas à devenir un fervent supporter de l'OL. Avant d'en être un joueur, onze ans plus tard. Une fierté, forcément : "Honnêtement, à cette époque-là, je ne pensais pas encore devenir pro, je voulais surtout m'amuser, sans me prendre la tête. Mais c'est vrai que jouer à Lyon, dans le club dont j'étais déjà supporter, c'était important pour moi."

Lacazette à Arsenal pour 50 millions ?

Dans les rangs de l'OL, le jeune Gone franchit toutes les étapes et surmonte toutes les épreuves, même les plus graves comme ce staphylocoque contracté en juillet 2008 qui aurait pu précipiter la fin de sa carrière. Souvent capitaine dans les équipes de jeunes, Gonalons intègre le groupe professionnel à l'été 2009. Pour ne plus jamais en partir. Mieux, en janvier 2013, lorsque Lisandro décide de rendre le brassard, c'est lui, le minot de vingt-trois ans, qui en hérite. Pas forcément une évidence au début : "J'avais déjà été capitaine en CFA, mais pas très longtemps, ce n'était pas quelque chose que j'aimais spécialement au départ, peut-être parce que je n'avais pas le

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant